Guyane : agressée à l’arme blanche, une pharmacienne de 34 ans perd la vie

Par 08/04/2024 - 17:25

À Saint-Laurent, une pharmacienne de 34 ans est décédée suite à une agression à l'arme blanche ce lundi 8 avril à la pharmacie de la Pirogue à proximité du Super U. Elle a été retrouvée blessée au cou et au dos.

    Guyane : agressée à l’arme blanche, une pharmacienne de 34 ans perd la vie

L’agression a eu lieu vers 7h ce lundi matin. La victime a été prise en charge par les secours, médicalisée sur place et évacuée en urgence absolue au CHOG. Mais la pharmacienne a succombé à ses blessures à l’hôpital. Un individu suspecté du meurtre a été interpellé dans la foulée par des témoins de la scène. Il est actuellement en garde à vue à la gendarmerie de Saint-Laurent. En réponse, l’Union des Syndicats de Pharmaciens et officines de Guyane a annoncé la fermeture de l’ensemble des pharmacies du territoire ce lundi.

Un fort sentiment d’insécurité

Son président José Manantsara a lui aussi été victime d’une agression l’an dernier. Depuis, la situation n’a malheureusement pas changé, déplore-t-il.

J’ai eu un braquage à main armée, un revolver sur le crâne. Donc, la violence, c'est au quotidien. Ce n'est pas que pour les pharmaciens. Quand ça m'est arrivé, j'ai tiré la sonnette d'alarme au niveau du préfet, du sous-préfet, même de l'ordre. La violence, ça touche vraiment toute la population, pas que les professionnels de santé, mais encore plus pour nous, puisque nous sommes au contact de la population. Et je ne parle même pas des médecins qui subissent la violence, les infirmières au quotidien.

Selon José Manantsara, le risque est que la population cherche à faire justice elle-même.

En fait, ça va aller crescendo. Je ne sais pas quelle est la solution. J’attends une action forte. La violence entraîne la violence. C'est-à-dire que les gens vont faire leur justice eux-mêmes, puisque la justice n'est plus assurée.

Toutes les pharmacies de Guyane devraient rouvrir ce mardi.

Tags

À lire également