La Martinique pourrait connaître le plus fort dépeuplement des territoires français

Par 24/11/2022 - 12:24 • Mis à jour le 24/11/2022 - 12:23

La population de Martinique continue à décroître. Selon les projections de l'INSEE, 286 500 personnes habiteront le territoire et 212 000 en 2070.

    La Martinique pourrait connaître le plus fort dépeuplement des territoires français

En 2018 la population de la Martinique s’élevait à 369 000 habitants. Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, la population de Martinique atteindrait 286 500 habitants en 2042 puis 212 000 en 2070, soit 157 000 personnes en moins qu’en 2018. Le solde naturel et le solde migratoire seraient tout deux négatifs, prolongeant ainsi le déclin démographique martiniquais initié en 2008.

La population diminuerait en moyenne d’environ 1,1 % chaque année entre 2018 et 2070. Cette baisse serait plus importante que celle constatée entre 2013 et 2018 (- 0,9 %). Elle serait assez constante jusqu’en 2060, avant de ralentir jusqu’en 2070.

En France métropolitaine, la situation serait différente. La population ne commencerait à décroître qu’à partir de 2044, avec un solde migratoire ne compensant plus le déficit naturel qui apparaîtrait à partir de 2035. Sur l’ensemble de la période 2018-2070, la Martinique connaîtrait la plus importante baisse de population des régions françaises, devant la Guadeloupe.

Moins de naissance, plus de décès

Entre 2018 et 2070, la population martiniquaise diminuerait de 1,1 % par an en moyenne.

Le solde naturel serait déficitaire sur la période (- 0,8 point) en raison de la baisse du nombre de naissances (- 2,2 % en moyenne par an entre 2018 et 2042 et - 1,3 % entre 2042 et 2070), alors que les décès augmenteraient entre 2018 et 2051 (+ 1,2 % en moyenne par an), avant de diminuer jusqu’en 2070 (- 1,3 % en moyenne par an) de par la baisse du nombre des plus de 65 ans.

Le solde migratoire resterait négatif pour l’ensemble de la période (- 0,3 point) malgré une réduction du déficit au fil du temps. Cela s’explique par les changements dans la structure de la population. Actuellement, les départs de Martinique concernent principalement les jeunes. En raison des mobilités résidentielles, la structure de la population par âge change : il y aurait ainsi de plus en plus de personnes âgées, et donc moins de départs du territoire.

tableau population.JPG

L'île aux seniors

Le vieillissement de la population en Martinique se poursuivrait et la part des seniors dans la population continuerait d’augmenter. Ainsi, si la moitié de la population Martiniquaise a plus de 43 ans en 2018, cet âge médian s’élèverait à 58 ans à partir de 2042 jusqu’en 2070.

La part des personnes âgées de 65 ans ou plus atteindrait 42 % en 2042 et resterait constante jusqu’en 2070, soit 12 000 seniors supplémentaires sur le territoire. Le nombre de seniors atteindrait un pic de 120 000 en 2042, pour ensuite diminuer au même rythme que la population martiniquaise entre 2042 et 2070. Toutefois, cette augmentation du nombre de seniors entre 2018 et 2070 serait plus faible en Guadeloupe (+ 0,3 % en moyenne par an) qu’en France métropolitaine (+ 0,8 %).

À l’inverse, le nombre de personnes de moins de 20 ans s’effondrerait sur la période (- 62 %) avec 53 000 personnes en moins à l’horizon 2070. Leur part dans la population de la région passerait de 23 % en 2018 à 15 % en 2042.

Les personnes de 20 à 64 ans, qui constituent le cœur de la population active, verraient leur population diminuer de moitié (- 118 000 personnes à l’horizon 2070). Leur part dans la population baisserait de 14 points pour atteindre 43 %. En 2070, la classe d’âge des 40-64 ans correspondra a la génération des bébés nés entre 2006 et 2030. Cette population subit un creux générationnel qui s’explique par l’effet conjoint de la baisse des naissances et du départ massif des jeunes vers la France métropolitaine. Ce creux générationnel devrait se poursuivre pour la génération suivante (bébés nés entre 2030 et 2050) si ces tendances devaient se poursuivre sur la période.