Il y a un an, les deux premiers cas de covid-19 en Martinique

Par 05/03/2021 - 08:46
01/01/2020 - 00:00

Le 5 mars 2020, les deux premiers cas de covid-19 étaient officiellement détectés en Martinique. Un an plus tard nous avons retrouvé ces premiers patients qui faisaient rentrer l'île dans la liste des territoires touchés par la pandémie.

    Il y a un an, les deux premiers cas de covid-19 en Martinique

Rares sont désormais les endroits qui échappent à la pandémie de covid-19. Le sujet fait la Une de l'actualité quasiment tous les jours depuis le mois de janvier 2020.

Pourtant, ce n'est que le 5 mars 2020 que la Martinique connaissait ses deux premiers cas de covid-19.

Il s'agissait d'un couple de médecins suisses venu en Martinique pour un colloque. Fiévreux lors de leur première nuit  à l'hôtel, ils avaient alerté immédiatement la direction de l'hôtel Bakoua où ils logeaient.

Testés le lendemain, ils inauguraient le décompte du nombre de cas en Martinique. Un an plus tard, nous les avons à nouveau contactés pour avoir leur regard sur cette année écoulée.

"En tant que médecin, je ne suis pas vraiment surpris de la situation aujourd'hui", confie Luca Giovanella.

Quand on regarde les différentes pandémies dans l'histoire, elles duraient généralement des années. Nous sommes dans un monde inter-connecté. On voyage beaucoup ce qui facilite la propagation du virus. Pourtant pendant l'été la situation s'était bien améliorée mais quelques semaines après il y a eu un relâchement au niveau des gestes barrières. Les gens restaient dans les bars et les discothèques, c'est pourquoi je ne suis pas vraiment surpris qu'on en soit toujours là

Luca Giovanella et son épouse avaient subi une forme modérée du covid-19 mais avait été tout de même hospitalisés à l'époque au CHU de la Martinique. Ils avaient quitté une Martinique alors totalement confinée 15 jours après leur arrivée.

Depuis, la Martinique a connu différentes phases épidémiques dont un pic qui a conduit à confiner le territoire une deuxième fois en novembre 2020.

L'épidémie s'est ensuite stabilisée avant d'enregistrer un nouveau regain la semaine dernière avec 121 cas enregistrés en 7 jours.

Un an après, ces deux premiers cas, le directeur général de l'ARS, Jérôme Viguier estime que la Martinique a finalement été assez préservée par cette première année de pandémie. L'île compte 6818 cas en un an.

"On a eu la chance d'avoir une faible circulation du virus" observe Jérôme Viguier.

C'est une chance mais c'est aussi que la population martiniquaise s'est bien protégée globalement et a plutôt bien observé les consignes. On a aussi mis un dispositif pour protéger l'île avec des tests systématiques avant l'arrivée en Martinique

Pour le directeur de l'ARS, le climat de l'île explique également cette circulation faible du virus malgré un pic épidémique marqué en novembre.

On a beaucoup de vent et on fait le même constat en Bretagne où les taux de contamination sont bas. C'est l'un des explications que prônent les scientifiques. Comme la contamination se fait par des micro-gouttelettes de salives, le fait que les maisons en Martinique sont aérées et qu'il y a du vent dehors, ça empêche la transmission. D'ailleurs, l'un des moyens de freiner la transmission du coronavirus, c'est d'aérer les pièces. Et il faut dire qu'au niveau aération, on a eu ce qu'il fallait ces dernières semaines 

Néanmoins, lors du point presse organisé mardi (2 mars 2021), Jérôme Viguier a exhorté la population à se faire vacciner, seule solution pour se prémunir des cas graves du covid-19. Le respect des gestes barrières est aussi une condition nécessaire pour garder le niveau de circulation du virus à un bas niveau.

Tags