Marine Le Pen en Guyane : l'idée de venir aux Antilles n'est pas écartée

Par • Mis à jour le 16/12/2016 - 19:11

Depuis le jeudi 15 décembre 2016 en Guyane, Marine Le Pen n'écarte pas tout à fait toute idée de se rendre aux Antilles d'ici la présidentielle d'avril-mai 2016. Et ce, malgré l'accueil hostile que lui a réservé une cinquantaine de manifestants qui l'attendait dans le hall d'arrivée de l'aéroport Félix Eboué, l'obligeant à emprunter une voie dérobée pour quitter l'aéroport.

    Marine Le Pen en Guyane : l'idée de venir aux Antilles n'est pas écartée
"J'essaye d'organiser un voyage aux Antilles, même si ,plus nous nous rapprochons de l'élection présidentielle, plus il est difficile de trouver le temps pour pouvoir réserver des jours.
Je ne veux pas venir en coup de vent. Je suis venu en Guyane trois jours et ce n'est pas assez. En tout cas, je vais essayer d'organiser ça."

Quelques heures après une arrivée mouvementée à l'aéroport Félix-Eboué, Marine Le Pen, au micro de la correspondante de RCI en Guyane, n'a pas rejeté toute idée de se rendre en Guadeloupe et en Martinique.

Et on comprend en filigrane que ce ne sont nullement les risques d'un accueil identique à Pôle Caraïbes ou à Martinique-Aimé Césaire qui l'empêcheraient de venir, mais plutôt des contraintes liées à son agenda.

Reste qu'en Guyane jeudi, comme à l'île de la Réunion il y a environ deux semaines, la candidate du FN à la présidentielle a été accueillie par des manifestations d'hostilité à l'aéroport Félix Eboué.

Parmi eux, des syndicats enseignants, des indépendantistes, le mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale, ainsi que des représentants de Walwari, et le parti de Christiane Taubira. Notons que la présidente du FN a emprunté une voie dérobée pour quitter l'aéroport.

Interrogé sur cet accueil, Marine Le Pen a répondu : "ça les contrarie que je vienne. Je comprends, car je viens porter des idées qui sont radicalement différentes des leurs.

Les leurs nous les avons vus à l'œuvre et la Guyane ne cesse de s'enfoncer, elle est épuisée par les immigrations clandestines par l'insécurité et par l'absence d'investissements dans les infrastructures qui sont nécessaires pour le développement économique.

Je viens porter ces idées là et ne peuvent pas m'en empêcher car se serait faire preuve de mépris à l'égard des guyanais... "

Au lendemain de son arrivée en Guyane, la présidente du FN Marine Le Pen a effectué, ce vendredi matin (16 décembre 2016) sa première visite sur le terrain en se rendant sur le marché de Cayenne.



Sullyvan.D avec Natacha Maltaverne

A lire également