Le premier jalon d’un «renouveau de l’Outre-mer» ?

Par 08/09/2022 - 20:34 • Mis à jour le 08/09/2022 - 20:03

C'est ainsi qu'Emmanuel Macron qualifie ses rendez-vous d'hier, mercredi 7 septembre, avec les signataires de l'appel de Fort-de-France. Alors que parallèlement, la Cour des comptes épingle l'inefficacité d'un organe interministériel dédié à nos territoires ...

    Le premier jalon d’un «renouveau de l’Outre-mer» ?
L'Elysée

Dans un communiqué, l’Élysée confirme ainsi que le président de la République et le gouvernement sont "décidés à employer une nouvelle méthode, en donnant aux acteurs de terrain les marges d’action nécessaires à l’invention de solutions sur mesure».

Des feuilles de route doivent désormais être élaborées pour chaque territoire. Un nouveau comité interministériel des Outre-mer est prévu d'ici six mois autour de la première ministre Élisabeth Borne, et une nouvelle rencontre avec le chef de l’État pourrait se tenir d'ici la fin de l'année.

Jusqu'ici, tout va bien

Le ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, a salué "une bonne ambiance républicaine" lors de la réunion place Beauvau et du dîner qui a suivi, à l’Élysée.

Il y a d'abord des choses à faire immédiatement, entre dix et quinze points par territoire sur lesquels on se dit, ça, on y travaille quoi qu'il arrive. Et puis après on réfléchit, sujet par sujet. Comment on fait pour que globalement, les choses marchent mieux ? Est-ce que c'est l'Europe qui nous bloque, les lois françaises, l'envie d'initiative ?

À la demande de tous, Élisabeth Borne a ainsi accepté de reporter d'un an les contrats de plan pour que les élus aient le temps de travailler. Ces documents engagent l'État et une collectivité sur la programmation et le financement pluriannuels de projets d'aménagement du territoire, ou de soutien à des filières d'avenir.

Ça ne sert à rien de se dire, on va le faire ensemble, et puis vous êtes bousculés par les calendriers. Donc on reporte d'un an pour que, en amont, on ait une volonté partagée d'un chemin économique, une convergence des financements. Et à l'arrivée, soit vous faites des décrets, soit vous vous engagez moralement, soit vous faites des lois.

Et le ministre de préciser encore que le président de la République n'aurait aucun "tabou" quant à la possibilité d'évolutions institutionnelles : "simplement, il faut qu'elles soient utiles".

Vœu pieux ou réel engagement ?

Cette nouvelle initiative, préparée à grand renfort d'annonces choc depuis mai dernier par nos présidents exécutifs, sera indubitablement très scrutée et attendue. En particulier dans un contexte où un rapport de la Cour des comptes, publié aujourd'hui, jeudi 8 septembre, remet en question l'utilité et l'existence d'un organe justement dédié au développement de nos territoires : la délégation interministérielle à l'égalité des chances des Français d'Outre-mer et à la visibilité des Outre-mer.

Les magistrats de la juridiction financière estiment en effet que la délégation n'a pas su mettre en œuvre des projets impactants, et suggèrent que ses attributions soient redistribuées à d'autres acteurs publics.

Le ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, a ainsi indiqué que "la délégation sera dissoute et que sa présidence sera fusionnée avec celle de Ladom".

Le premier jalon d’un "renouveau de l’Outre-mer" ?

    Tags