Les violences envers le corps médical sont de plus en plus nombreuses en Martinique

Par 28/11/2023 - 07:13 • Mis à jour le 28/11/2023 - 12:36

Dans un communiqué publié la semaine dernière, l'ordre des médecins de Martinique déplore une recrudescence des agressions, notamment verbales envers les praticiens.

    Les violences envers le corps médical sont de plus en plus nombreuses en Martinique

Les cabinets des médecins sont le théâtre d'une "constante augmentation des violences faites aux soignants en général et aux médecins en particulier". C'est le constat alarmant que dresse l'ordre des médecins de Martinique en cette fin d'année 2023.

Dans 80% des cas, ces violences sont verbales, mais peuvent aller jusqu'aux menaces de mort et parfois atteindre le stade de la violence physique.

Eddy Braffine, président  du Conseil départemental de Martinique de l'Ordre des Médecins, estime que le nombre d'agressions est sans doute sous évalué :

Sur le plan national, l'observatoire qui est chargé de recueillir ces violences faites aux médecins, en 2020, donnait un chiffre de 950 agressions que subissaient les médecins. En 2021, nous sommes passés à 1009 et en 2022, nous sommes passés à 1422, ce qui représente une augmentation de plus de 20 %. Mais sur cette augmentation, on n'a pas une vision du réel parce que bon nombre de médecins subissant des agressions verbales ne font pas de signalement parce qu'ils estiment qu'il faut passer à autre chose. Deuxièmement, on n'a pas non plus de vision sur la médecine hospitalière, parce que là non plus, ces signalements ne sont pas toujours rapportés à cet observatoire

Les professionnels tentent d'évaluer les causes de cette situation. Ils pointent du doigt une société maintenant trop habituée à une consommation instantanée, même lorsqu'il s'agit de soins médicaux.

Louis Léonce Lecurieux-Lafferronnay, président du SMMQ, le syndicat des médecins de Martinique, partage notamment cette analyse d'une patientèle devenue particulièrement intolérante à l'attente.

Certaines personnes pensent que tout est consommable tout de suite et qu'ils n'ont pas forcément la capacité soit d'attendre des retours, soit d'attendre que le professionnel soit disponible. Quand ça arrive dans un cabinet médical où il y a une salle d'attente qui est pleine et qu'un usager n'a pas rendez-vous et qu'il veut à tout prix passer, qu'il ne comprend pas que le médecin a déjà eu suffisamment de patients et qu'il faut qu'il attende son taux, par exemple, ça peut effectivement prendre des proportions importantes

Une réalité d'autant plus difficile à admettre pour le corps médical dans un contexte de désertification médicale.

Des agressions récentes

En Martinique, une vingtaine d'agressions, la plupart verbales ont été remontées jusqu'aux autorités en 2023. La dernière remonte au 12 novembre dernier.

Anne Criquet-Hayot, médecin généraliste et président de l'Union Régionale des Médecins Libéraux, revient sur ces faits :

Le dimanche 12, on a encore eu un médecin qui s'est fait agresser à la maison médicale de garde. Il trouvait que ça prenait trop de temps, que ça n'allait pas assez vite, avec des incivilités, devant témoins, une agression qui n'a pas lieu d'être

Des patients qui s'irritent de la moindre contrariété selon le corps médical

Le fait de demander un contrôle comme ça, « Est-ce que votre carte est à jour ? Est-ce que vos droits sont à jour ? » les gens s'énervent. Les gens estiment que c'est tout, tout de suite. Et souvent le ton monte et avec des gestes violents. La dernière fois, on a eu un patient qui a essayé d'étrangler un médecin

L'ordre des médecins et les organisations professionnelles rappellent que les médecins ont la possibilité de déposer une plainte auprès du procureur de la république ou des forces de l'ordre. "Pour toute plainte déposée dans ce cadre par tout médecin, le Conseil départemental de la Martinique de l’Ordre des Médecins s’associera à celle-ci", précise ainsi le communiqué du conseil départemental.