Un collectif d'avocats rejoint le mouvement social

Par 06/12/2021 - 10:17 • Mis à jour le 06/12/2021 - 09:42

Hier après-midi, trois avocats qui ont eu à défendre des personnes interpellées en marge du mouvement de contestation sociale, ont tenu une conférence de presse. Leur objectif était de dénoncer des conditions de traitement judiciaires qu'ils jugent "désastreuses", mais aussi la répression policière et pénale qui s'opère actuellement selon eux.

    Un collectif d'avocats rejoint le mouvement social

Un collectif d’avocats dits « engagés » a rejoint le mouvement de contestation sociale auprès du collectif des organisations en lutte.

Trois d'entre eux se sont exprimés lors d'une conférence de presse organisée hier après-midi sur le giratoire de Perrin, en compagnie des pompiers et de l’intersyndicale. Il y avait en tête de file, maître Patrice Tacita, qui dénonce des conditions de défense "amoindries" pour les individus interpellés en marge du mouvement. Il évoque également une justice qu'il qualifie d’expéditive :

 

En ce qui concerne la demande des syndicats d'amnistier toute personne interpellée dans le cadre du mouvement social, l’avocat au barreau de la Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, dit comprendre la position des syndicats. Il dénonce dans le même temps la réponse « uniquement répressive et pénale » de l’État dans ce contexte de crise sociale :

Autre avocat présent hier : Maître Josélaine Gélabale, avocate au barreau de la Guadeloupe. Elle a tenu à dénoncer des conditions de traitement judiciaire « désastreuses » dans la période actuelle, mais aussi de la répression policière avec violence à l’encontre de la population :