Patrick Baghuelou sur la maison de l'Enfance : "On fait un accompagnement purement social"

Par • Mis à jour le 24/10/2016 - 19:28

(AUDIO) - Quelles sont les compétences de la maison départementale de l'Enfance ? Comment est organisé cet établissement ? Ces questions ont interpellé l'opinion publique peu de temps après la mort de Yohan Equinoxe. Le meurtrier présumé du lycéen aurait, en effet, fugué de la structure quelques temps avant le drame. Décryptage.

    Patrick Baghuelou sur la maison de l'Enfance : "On fait un accompagnement purement social"
En Guadeloupe, la maison départementale de l'Enfance (MDE) accueille des "jeunes en errance" sur son site, situé à Boisripeaux (Les Abymes). Une jeunesse qui rejette souvent le cadre institutionnel. Elle vit également au gré d'histoires de famille dramatiques.

Ces enfants, ces adolescents sont issus de la rue. Pour la plupart, leurs parents ont démissioné ou ont failli à leur devoir.

"C'est une réalité de la société d'aujourd'hui (...) Il y a une augmentation du nombre d'enfants qui se retrouvent dans ces situations. Ils peuvent être livrés, très jeunes, à eux-mêmes", explique Patrick Baghuelou, le directeur de la MDE.

Lorsqu'ils arrivent à Boisripeaux, ces jeunes ont déjà intégré bien, trop bien les règles de la rue. Difficile alors pour l'équipe en place de les accompagner.

Ce tableau n'est pas des plus réjouissants. Mais, il fait état d'une chose : le champs d'intervention de la maison de l'Enfance est parfois limité. "On ne peut pas mettre un éducateur dernière chaque enfant", indique Patrick Baghuelou.

Pour cause, la structure ne possède qu'une compétence sociale. En cas d'incident, elle ne peut qu'alerter les autorités. Selon son directeur, c'est là tout le "paradoxe".

"Nous sommes dans une structure ouverte. Les enfants ont une vie sociale tout à fait normale. On ne peut pas considérer un établissement comme celui-là comme une prison ou un centre renforcé. On fait un accompagnement purement social", précise-t-il.

Après le meurtre du Yohan Equinoxe, il y a plus d'un mois, ces limites ont aussi sauté aux yeux de l'opinion publique. Depuis, elle s'interroge. Comment est organisé cet établissement public ? Quelles procédures sont déployées en cas de fugue ?

La réponse de Patrick Baghuelou. Ecoutez.


Ces interrogations sont compréhensibles. Pour mémoire, le meurtrier présumé du lycéen de Baimbridge, un mineur, aurait fugué de la MDE plusieurs mois avant le drame.

Anaëlle Edom avec Rinsy Xieng
@AnaelleE_RCI