Les policiers nationaux en colère après plusieurs agressions

Par 17/05/2022 - 12:13 • Mis à jour le 17/05/2022 - 12:13

Les policiers du Commissariat de Basse-Terre sont mécontents et ils le font savoir. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, ils dénoncent l'inertie de leur hiérarchie face aux actes d'incivilités, aux agressions physiques et armées dont ils sont victimes et alertent sur la faiblesse de leurs moyens et le manque de considération dont ils font l'objet. Ils déplorent que la ville de Basse-Terre soit encore dotée d'un commissariat obsolète et indigne d'un chef-lieu qui n'a en réalité que le statut mais pas du tout la dimension.

    Les policiers nationaux en colère après plusieurs agressions
La bonne volonté ne suffit plus. Surtout lorsque sa vie est menacée. C'est le constat affligeant que font les policiers du commissariat de Basse-Terre qui s'estiment négligés et démunis. Un manque de considération qui les affaiblit, notamment psychologiquement. En moins de deux semaines, 7 fonctionnaires de police ont été agressé et blessé lors d'interventions particulièrement dangereuses. 
 
C'est 7 de trop. Et les policiers de crier en choeur "c'est assez" ! Ils dénoncent leur manque d'effectifs face à une recrudescence de la violence. Et de préciser que 'l'absence de réponses de leur hiérarchie mais également des élus locaux aux problèmes qu'ils soulèvent auxquels s'ajoutent un silence pesant et une inaction latente les mettent en péril". Ils traduisent leur mal-être et leurs conditions de travail par le fait que la ville de Basse-Terre est considérée, je cite, comme un "sous chef-lieu". 
 
Ils enfoncent le clou en ajoutant "qu'aucune perspective, aucun plan sécuritaire n'est mis en place à Basse-Terre et aucun moyen humain et matériel n'est alloué pour combattre ce fléau de plus en plus insupportable qui mine la vie des citoyens de cette ville". Les policiers du commissariat de Basse-Terre de poursuivre en affirmant qu'ils sont dans l'impossibilité d'offrir aux administrés un niveau de sécurité adapté à la réalité du terrain.
 
"Non à un chef-lieu laissé pour compte, oui à une police républicaine respectée centrée sur son coeur de métier", c'est le slogan de policiers en colère qui demandent à la population de Basse-Terre de se réveiller et de se mobiliser à leurs côtés.
 
 

Tags