Les candidats malheureux ne donnent aucune consigne de vote

Par • Mis à jour le 08/12/2015 - 16:42

Mélina Seymour, Jean-Marie Nomertin, Stephan Viennet et Marie-Christine Myre-Quidal ne donnent aucune directive aux électeurs guadeloupéens pour le deuxième tour des Régionales.

    Les candidats malheureux ne donnent aucune consigne de vote
Au lendemain du premier tour des élections régionales du 6 décembre 2015, les candidats malheureux n’ont donné aucune consigne de vote. Arrivée quatrième lors de ce scrutin, Mélina Seymour (4470 voix), la tête de liste de Oui à la Guadeloupe reste sur son crédo.

Elle souhaite coûte que coûte faire une autre politique. En se positionnant ainsi Mélina Seymour veut permettre aux Guadeloupéens de faire leur choix."La seule consigne de vote que nous pouvons donner, c’est de dire aux Guadeloupéens de se rendre aux urnes", a-t-il déclaré sur les ondes de RCI le lundi 7 décembre.

Jean-Marie Nomertin, la tête de liste de Combat Ouvrier (1992 voix), lui, ne souhaite pas renier ses convictions. Les deux listes en course vont à l’encontre des intérêts des travailleurs, a-t-il déclaré sur les ondes de RCI Guadeloupe. Quant au Front National (1973 voix), il laisse le choix aux électeurs.

Comme les autres candidats, Marie-Christine Myre-Quidal (697 voix), les colistiers de la liste La nouvelle alliance pour la Guadeloupe et l’UPLG n’ont donné aucune directive aux électeurs. Ils feront librement leur choix, en toute conscience, ont-ils assuré dans un communiqué.