Un instituteur condamné à 7 ans de prison pour agression sexuelle sur mineur

Par • Mis à jour le 27/03/2019 - 08:59

Le prévenu âgé d'une quarantaine d'années a été condamné à 7 ans d'emprisonnement ferme. Il avait convaincu les parents de l'enfant de lui donner des cours de soutien scolaire. Il a agressé sexuellement le jeune avec qui il a échangé près de 500 textos équivoques.

    Un instituteur condamné à 7 ans de prison pour agression sexuelle sur mineur

L’homme a été condamné au terme de 9 heures de débats au tribunal correctionnel de Pointe à Pitre. Le professeur des écoles de Sainte-Rose était poursuivi pour agression sexuelle sur un mineur de moins de 15 ans.

Des faits initialement qualifiés de "viols et de tentative de viols", qui auraient ainsi pu être appelés devant la Cour d’Assises mais qui ont été correctionnalisés.

Le prévenu a été condamné à 7 ans d'emprisonnement ferme, assorti d’un mandat d’arrêt à l’audience notifié au prévenu, ainsi que d’une inscription au fichier des délinquants sexuels et d’une interdiction d’exercer une activité en relation avec des enfants. Dans ce procès, deux récits s’opposaient : la parole d’un enfant, âgé de 11 ans au moment des faits, contre celle d’un adulte de 44 ans aujourd’hui.

Un drame survenu au sein d’une communauté de l’église des Témoins de Jéhovah. Un père et une mère avaient fait confiance à ce maître d’école en leur confiant leur enfant. Un instituteur, qui leur avait proposé des cours de soutien privés pour leur fils.

Au domicile des parents, dans un premier temps, puis chez lui, sans avertir son épouse. Dans le prétoire, tout au long de l’instruction, il a affirmé dans un langage soutenu avoir appris des parents, les intentions de leur progéniture de se suicider.

C’est dans ce cadre que le jeune mineur aurait porté ces graves accusations.

Une jeune victime qui a eu le courage de se présenter à la barre ce mardi, pour confirmer ses dires, tenant tête aux avocats de la défense qui tentaient de démonter qu’il avait menti.

 

L'homme a envoyé près de 500 textos à l'enfant 

 

Le procureur a lui insisté sur les messages tendancieux échangés par l’instituteur avec l’enfant : près de 500 textos ont été envoyés. Je les cite «Tu me manque », « Je pense à toi »,« Je te fais des câlins, mon fiston » . L’homme a également offert des cadeaux, des vêtements, des parfums de marque. Deux d’entre eux ont d’ailleurs attiré la suspicion. Il s’agissait d’un bracelet en or et argent et d’une paire de baskets identiques à celles du prévenu.

« Il y avait quelque chose derrière tout cela de peu avouable » selon le procureur qui a demandé une peine de 8 ans d’emprisonnement et un mandat de dépôt.

Au terme de 9 heures d’audience, les trois juges ont condamné condamner l’instituteur à 7 ans d’emprisonnement, délivrant contre lui un mandat de dépôt à l’audience, ordonnant son inscription au fichier des délinquants sexuels et une interdiction d’exercer un métier en relation avec des enfants.