Quatre hommes jugés pour vols avec violence devant la Cour d'Assises d'appel

Par 01/03/2021 - 12:46
01/01/2020 - 00:00

Gilbert Courage, Stéphanio Dormoy, Franki Lacome et Samuel Casalan comparaissent, de nouveau, devant la cour d'assises mais cette fois, en appel. Condamnés en première instance en septembre 2019 à de lourdes peines de prison pour les 3 premiers, ils avaient rejeté les sanctions qui avaient été prononcées à leur encontre. Toute cette semaine, ils vont tenter, avec leurs avocats, d'obtenir des verdicts moins importants. Les 4 accusés sont poursuivis pour vol en bande organisée, tentative d'extorsion de fond avec violence en bande organisée et avec arme et complicité, ayant entrainé une infirmité permanente.

    Quatre hommes jugés pour vols avec violence devant la Cour d'Assises d'appel

Interjeter appel est toujours un risque. Il peut vous être favorable comme il peut accentuer la peine. Gilbert Courage, Stéphanio Dormoy et Franki Lacome le savent très bien, eux qui prennent des risques et adoptent une conduite déviante depuis leur majorité. Une attitude qui les a conduit à avoir affaire à plusieurs reprises aux forces de l'ordre et à la justice.

Les trois garçons aujourd'hui âgés, respectivement, de 26, 24 ans et 25 ans ont dû se dire le 20 septembre 2019 lorsqu'ils ont été condamnés, chacun, à 24 années de réclusion criminelle, qu'ils n'avaient plus grand chose à perdre. Ils encouraient la perpétuité et 30, 25 et 22 ans avaient été requis contre eux. Pourtant, en revenant cette fois devant une cour d'appel où ce ne sont plus 6 mais 9 jurés populaires qui sont associés aux 3 magistrats professionnels, ils espèrent réduire leur peine. Un défi que les 3 condamnés vont relever toute cette semaine avec leurs avocats pour tenter donc d'inverser la tendance.

Même s'il n'y a pas eu mort d'homme, les faits qui leur sont reprochés sont graves. La victime, elle souffre en effet d’une infirmité permanente.

Poursuivis pour vols en bande organisée, tentative d'extorsion de fond avec violence, avec arme et complicité, les 3 garçons d'origine Saint-martinoise, dont l'un est ouvrier, les deux autres sans profession, étaient coutumiers d'actions délictuelles mais pas criminelles. La nuit du 18 au 19 mars 2016 à St Martin puis le 21 mars de la même année, ils ont franchi un palier supplémentaire qui les traduit aujourd’hui, pour la seconde fois devant une cour d'assises. Une cour qui se donne 5 jours pour les juger.

Samuel Casalan, le Guadeloupéen de 24 ans, est poursuivi  pour complicité. Il avait écopé de 6 années d'emprisonnement en première instance.

A la fin de la semaine, on saura si interjeter appel leur aura été bénéfique ou si comme dans 8 cas sur 10, la similitude du prononcé de la peine sera une fois de plus observée.

Tags