Le chanteur Saïk condamné à 6 mois de prison avec sursis

Par 08/07/2021 - 18:39 • Mis à jour le 08/07/2021 - 18:36

Yoann Pierre-Justin plus connu sous le nom de Saïk était poursuivi ce jeudi devant le tribunal correctionnel pointois pour des faits de rébellion à l'encontre de policiers. L'intéressé qui vit dans l'hexagone, n'était pas présent. Souvenez vous, des agents de la BAC avaient été pris à partie dans le quartier de Mortenol en fin 2019. Notez qu'un deuxième prévenu, également chanteur (La Maf') devait lui aussi s'expliquer mais il est décédé par balles en mars dernier. Quant au premier mis en cause, au casier jusqu'alors vierge, il a écopé pour sa première condamnation de 6 mois de prison avec sursis et 1000€ d'amende, plus des dommages et intérêt à payer aux parties civiles.

    Le chanteur Saïk condamné à 6 mois de prison avec sursis

Il était convoqué mais n’était pas présent à l’audience, le chanteur Saïk devait répondre de faits présumés de rébellion. Le 19 septembre 2019, les agents de la Brigade Anti-Criminalité constatent que des jeunes écoutent de la musique dans leur voiture, le volume beaucoup trop fort. Ils remarquent aussi la présence de quelques individus défavorablement connus des services, et décident donc de contrôler. Sauf que les choses ne se passent pas dans le calme, la bande n’obtempère pas, gesticule et invective les policiers. 

L’un d’eux, également chanteur issu de Mortenol, fait de surcroit l’objet d’un mandat de recherches. Lorsque les fonctionnaires tentent de l’appréhender, le contrôle dérape. L’individu parvient à s’enfuir grâce à l’intervention musclée de ses amis ainsi que d’autres venus en renfort. La patrouille se trouve alors cernée mais réagit avec professionnalisme et parvient à s’extirper. Il y aurait pu y avoir "un bain de sang ce jour là" a souligné l’avocat des parties civiles, d’autant plus que de la drogue et des armes à feu ont été retrouvées dans le véhicule. Saïk qui aurait participé aux échauffourées se livrera plus tard dans la soirée au commissariat central.

Absent à son procès mais représenté, l’artiste vit à Lyon, il peine depuis la crise Covid, plus aucune prestation musicale n’est possible, ont indiqué les magistrats. Son co-prévenu est lui décédé en mars dernier, tué par balles à Grand-Baie, extinction des poursuites pour lui donc. Concernant Yoann Pierre-Justin dit Saïk, le parquet a demandé une peine mixte dont 3 mois fermes. Mais le tribunal, vu un casier vierge, a opté pour 6 mois avec sursis, 1000€ d’amende et des dommages et intérêt pour les policiers.

L'avocat, Maître Jamaldine Benmébarek représentait les fonctionnaires de police. Pour lui, les artistes véhiculent des messages :

Tags