COP21 : pour que les Outre-mer ne soient pas oubliés

Par 04/11/2015 - 23:17 • Mis à jour le 04/11/2015 - 23:17

Les conséquences du changement climatique dans les Outre-mer, objet d'un rapport parlementaire remis ce mercredi 4 novembre 2015 à la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin. Un document d'une soixantaine de pages qui recommande l'adoption d'une résolution par l'Assemblée nationale. Mais aussi d'aller plus loin qu'une résolution aussi solennelle qu'elle soit. Et pourquoi pas, préconisent ses auteurs, créer un" Fonds vert pour le climat" dédié aux Outre-mer ?

    COP21 : pour que les Outre-mer ne soient pas oubliés
Un rapport sur l'impact du changement climatique dans nos Outre-mer a été remis ce mercredi 4 novembre 2015, rue Oudinot à Paris, à la ministre George Pau-Langevin, en présence du président de la délégation aux Outre-mer au Palais Bourbon, le Réunionais Jean-Claude Fruteau.

Un rapport aujourd'hui, et demain, une résolution de l'Assemblée nationale sur les Outre-mer et le réchauffement climatique.

Rédigé par les députés Maïna Sage, Serge Letchimy et Ibrahim Aboubacar, il préconise en effet l'adoption au Palais Bourbon d'une "résolution" de la représentation nationale française visant à reconnaître la situation singulière des Outre-mer dans le débat sur le réchauffement climatique.

Certes, un vote solennel de l'Assemblée nationale ne saurait, à lui seul, limiter l'impact du changement climatique sur nos Outre-mer. Le député de Mayotte, Ibrahim Aboubacar, en est bien conscient.

Mais c'est, tout de même pour lui, une manière de dire à la Nation que "s'il est un domaine où l'Outre-mer n'est pas marginal en France, c'est bien (celui du) changement climatique".

Mais au delà de cette reconnaissance souhaitée, ce rapport d'information initié par la délégation aux Outre-mer à l'Assemblée nationale pointe du doigt la question des moyens nécessaires pour contrer les effets négatifs de l’activité humaine sur le climat.

À lire également