Nouvelle nuit d'émeutes et de pillages en Guadeloupe : le gouvernement envoie des renforts du Raid et du GIGN

Par 21/11/2021 - 09:46 • Mis à jour le 21/11/2021 - 08:57

Pour la quatrième nuit consécutive, des émeutes et pillages ont eu lieu en Guadeloupe. De violents affrontements qui ont donné lieu à plusieurs incarcérations. Des renforts du GIGN et du Raid ont d'ores et déjà été envoyés sur place par le gouvernement.

    Nouvelle nuit d'émeutes et de pillages en Guadeloupe : le gouvernement envoie des renforts du Raid et du GIGN

Une nouvelle nuit de violence

Pour la quatrième nuit consécutive et le septième jour de mobilisation, des émeutes ont eu lieu en Guadeloupe, principalement en région pointoise mais aussi à Basse-Terre et au Gosier. Des échanges de coups de feu avec les forces de l'ordre, jusque tard dans la nuit et des explosions de gaz lacrymogène. Des scènes de guerre civile qui ont fait des blessés légers parmi les secours, ainsi qu'une riveraine. Des pillages ont également été constatés.

Les riverains du quartier Hibiscus, jusqu'à l'avenue Saint-Eloi aux Abymes n'ont pas pu fermer l'oeil de la nuit. Des détonations ont été attendues presque de façon continue. Les émeutiers, en plusieurs groupes, n'ont pas hésité à tirer à balles réelles sur des policiers qui ont répondu à coups de gaz lacrymogène. Certains des casseurs étrennaient certainement des armes, des fusils à pompes, braqués la veille dans une armurerie de Jarry. Les casseurs en ont profité pour piller quelques magasins, alors que d'autres n'hésitaient pas à monter sur les toits pour mieux tirer sur les policiers. Ces affrontements se sont également déroulé à Grand Camp, où plusieurs explosions ont été entendues. Une octogénaire, à son balcon, aurait été blessée légèrement au visage. Du côté des forces de l'ordre et des secours, un policier et un sapeur pompier ont été légèrement blessés par des plombs.

Ces nouvelles émeutes ont également été incendiaires puisque la gare routière a été la proie des flammes mais les pompiers sont parvenu à circonscrire rapidement le sinistre. Les policiers ont tout de même procédé à une trentaine d'interpellations dont 25 ont débouché sur les garde-à-vue. 

A Lamentin, cette fois, en zone gendarmerie, c'est le centre commercial de Monplaisir qui a été la cible des émeutiers pour un pillage de 6 enseignes : une de téléphonie mobile, et un supermarché notamment. Un distributeur automatique de billets, une fois encore, a été arraché à l'aide d'un tractopelle. Dans ce cas, les militaires ont procédé aux constatations et aucune interpellation n'a eu lieu. A Morne-à-l'eau, c'est un point PMU qui a été incendié. Là également, les combattants du feu ont réussi à maîtriser rapidement les flammes.

Enfin, à Basse-Terre également des affrontements ont eu lieu entre des jeunes et des forces de l'ordre. Des magasins ont, là aussi, été pillés.

Ce matin, de nombreux barrages obstruaient encore les routes de l'île, laissant uniquement passer des personnels de santé. 

Plusieurs incarcérations après les interpellations

À la suite de graves incidents, survenu ces derniers jours, le Procureur de la République, Patrick Desjardins, communique. Toutes les infractions de nature criminelle pour certaines, ont donné lieu à des ouvertures systématiques d’enquêtes judiciaires, confiées aux différents services spécialisés. La Police Judiciaire, la Sûreté départementale, les brigades de recherches de Gendarmerie ainsi que la Section de Recherches. 

Des investigations minutieuses et dans le temps s’il le faut, pour permettre d’identifier les auteurs de méfaits commis sur l’île au cours de ces derniers jours. Déjà 6 personnes ont été déférées devant le pôle pointois, pour des faits de vols aggravés. Une a été présentée pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. 6 suspects présentés ont été placés en détention provisoire, et seront jugées dès ce lundi matin. 10 autres individus sont actuellement en garde à vue, ils devront être eux aussi présentés en urgence, devant les magistrats pointois, puis le Juge des libertés et de la détention.

Des réponses pénales immédiates avec des incarcérations s’il le faut à l’issue, le parquet indique apporter des réponses systématiques et immédiates en matière pénale, face à la multiplication d’infractions.

Les premiers renforts de sécurité sont arrivés sur l'île

Le Gouvernement l'avait annoncé, les premiers sont arrivés hier samedi soir en Guadeloupe. En tout, plus de 200 renforts issus des forces de l'ordre, dont une cinquantaine du Raid et du GIGN sont envoyés de l'hexagone. Un groupe venu renforcer les forces de sécurité en Guadeloupe. Ils ont pour mission d'aider les effectifs déjà présents, dans le maintien de l'ordre et la sécurisation de la population et des commerces. 

D'autres contingents devraient arriver sous peu comme l'avait annoncé Gérald Darmanin lors de son allocution hier. Cela avait été annoncé cette semaine, l'envoi de renforts au vu de la situation de violences urbaines qui sévi depuis jeudi. Au total, ce ne seront pas moins de 2250 effectifs, services locaux compris, qui seront présents sur le terrain, à disposition du Préfet de Région. 

Tags