La culture numérique au centre de la 4ème journée de l'information géographique

Par • Mis à jour le 25/11/2016 - 01:19

VIDEOS- Comment mettre mettre l'information géographique au service de la culture numérique ? La question est au centre de la 4ème journée de l'Information Géographique ce vendredi 25 novembre 2016 à Madiana Palais des Congrès à Schoelcher. Elle est posée par l'association GéoMartinique qui organise une journée de réflexion et d'échange sur ce sujet.

    La culture numérique au centre de la 4ème journée de l'information géographique
A l'heure où la géolocalisation via les applications pour smartphone google map, google earth, waze ou autres navigateurs s'étendent ( envahissent ?)
nos vies numériques, la 4ème journée de l'information géographique organisée par GéoMartinique ce vendredi 25 novembre 2016 vient à point nommer.

Au delà des geeks et du grand public, les géomaticiens de l'association GéoMartinique entendent à cette occasion jeter les bases de leurs relations avec le monde de l'entreprise et avec la nouvelle économie portée par les start-ups du numérique.

Peu connu du grand public mais plutôt par un groupe d'initiés, cette association aura d'abord à coeur lors d'une première session de se faire connaître. Présidée depuis avril 2016 par la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM), elle regroupe des acteurs institutionnels mais pas seulement. Et c'est même d'abord un réseau pour Jean-Raphaël Gros-Désormeaux, membre individuel de GéoMartinique.



Reste à connaître ce que sous-tend la notion de l'information géographique... Elle couvre qui touche à tout qui se passe dans notre environnement plus ou moins proche. Et cette information spatiale peut aller du temps qu'il fait dans la commune voisine aux embouteillages qui encombrent les routes au moment de quitter son domicile par exemple.



On l'aura compris, l'outil numérique est aujourd'hui presqu'intimement lié à la production d'information géographique. A cet égard, on ne le sait pas toujours, et la 4ème journée de l'information géographique devrait bien le montrer, notre île dispose d'une bonne longueur d'avance.



S'il fallait donner encore une idée de l'immense champ couvert par l'information géographique et les données qu'elle est susceptible de nous fournir, un coup d'oeil sur les deux sessions prévues au cours de cette journée de vendredi en dit long.

Retenons entre autres pour la première session prévue dans la matinée :

- L'utilisation de l'information géographique dans les risques environnementaux : évaluer, surveiller et gérer les crises ;
- La gestion des crises environnementales par la Collectivité Territoriale de Martinique ;
- La mitigation du risque volcanique en Martinique, en Guadeloupe et de façon plus générale, dans les Petites Antilles ;
- Planification des évacuations en cas d’alerte tsunami aux Antilles françaises et prévention des populations, le projet EXPLOIT ;
- Les Algues brunes "Sargasses"

Dans l'après-midi, l'accent sera mis plus largement sur l'information géographique au service des citoyens et des entreprises. Les problématiques touchant à l'Open Data, cette ouverture aux citoyens de données numériques encouragée par l'Union Européenne et par l'Etat ; au recours aux drônes dans la collecte d'information géographique ou encore de l'Open source, en l'occurrence, la production de données numériques par les internautes, seront également abordées.

Quid alors de la question du coût de l'accès à ces données pour des entreprises désireuses de créer de la richesse ?



Si vous ne pouvez pas suivre la 4ème JIG, vous trouverez ci-dessous quelques échos au fil de la journée.


Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci