Benoît Vittecoq : "un revenant" à la tête du BRGM de Martinique

Par • Mis à jour le 26/05/2016 - 23:50

AUDIO - Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières de Martinique (BRGM) a, depuis quelques mois, un nouveau directeur à sa tête. La Martinique, l'île aux revenants, l'avait déjà accueilli entre 2004 et 2009. Benoît Vittecoq travaillait alors au sein du BRGM en qualité d'hydrogéologue régional. A ce titre, il s'était beaucoup interessé à l'identification de nouvelles ressources en eau souterraine en Martinique. Mais pas de pétrole, car la "configuration géologique" de l'île ne s'y prête guère.

    Benoît Vittecoq : "un revenant" à la tête du BRGM de Martinique
Ingénieur hydrogéologue au BRGM de Martinique de 2004 à 2009, Benoît Vittecoq est de retour en Martinique où il a revêtu cette fois les habits de directeur régional.

L'homme n'a rien oublié de son précédent séjour de cinq ans dans l'île aux revenants. Du reste, l'Outre-mer en général et la Martinique en particulier n'ont jamais été loin de ces préoccupations professionnelles.

Du siège du BRGM à Orléans où il était basé avant son retour en début d'année 2016 en Martinique, il s'est consacré à l'étude des milieux volcaniques à travers un certain nombre de projets concernant Mayotte dans l'océan indien ou en des Caraïbes, la Guadeloupe et la Martinique.

Pas mécontent de revenir sous nos cieux, même s'il le concède du bout des lèvres, Benoît Vittecoq a le sentiment d'une certaine continuité, au-delà des changements intervenus en sept ans. Les préoccupations de l'île sur les ressources en eau et sur les pollutions par exemple restent d'actualité.

Le nouveau directeur du BRGM n'a pas oublié les interventions faites pour le compte de la Région, de la Cacem, du Sicsm ou de la Déal. Sur l'identification de nouvelles ressources en eau souterraine, avec de bons résultats.

Vu nos ressources en eaux, il estime qu'on ne devrait pas souffrir du carême. Il se souvient entre autres des forages opérés à Fonds Lahaye avec succès, à Coeur-Bouliki à Saint-Joseph pour pallier la diminution de la ressource en période sèche notamment.

Il y a aussi l'épineux problème du chlordécone. Il nous rappelle la part pris par le BRGM pour établir une cartographie de la pollution des sols.

Conscient d'un manque de communication sur les travaux du BRGM, Benoît Vittecoq a prévu de lancer une newsletter qui sera adressé aux internautes.

Néanmoins, ça ne l'empêche pas de répondre aux sollicitations des médias. A l'instar de RCI Martinique, Radio Caraïbes International, interpellée ce jeudi 26 mars 2016, par un auditeur sur une supposée présence de pétrole dans le sous-sol de la Martinique. Un histoire singulière dont Sandrine Huillet nous a fait le récit qui suit.



Alors, accumulation de méthane par transformation organique ou présence de pétrole dans le sol lamentinois ? Benoît Vittecoq, le directeur régional du BRGM est on ne peut plus clair : "la configuration géologique du sous-sol martiniquais n'est pas propice à une présence de pétrole naturel". Il s'en explique dans le document sonore ci-dessous diffusé sur RCI Martinique.



A défaut de pétrole, Benoît Vittecoq et son équipe du BRGM ont du pain sur la planche entre les problématiques de l'eau, de la pollution des sols et des risques naturels majeurs.
Jean-Philippe Ludon avec Sandrine Huillet.