Observer de près les reptiles du Lamentin n'est pas sans danger

Par 14/10/2021 - 13:20 • Mis à jour le 14/10/2021 - 13:19

Depuis le fin du mois d'août, un ou plusieurs reptiles rôdent dans l'un des bras de la Lézarde qui longe le quartier Place d'Armes. À plusieurs reprises, des curieux s'en sont approchés. Une observation qui n'est pas sans danger.

    Observer de près les reptiles du Lamentin n'est pas sans danger

Après avoir gardé ses distances pendant plusieurs années, un reptile de type crocodilien manifeste désormais régulièrement sa présence aux abords du quartier Place d'Armes au Lamentin.

Depuis le mois d'août, de nombreux témoignages appuyés par des photos et des vidéos font état de la présence d'un ou plusieurs "crocodiles dans le canal du Lamentin, l'un des bras de la rivière Lézarde dans la plaine.

Cette semaine, des embouteillages ont été observés sur la zone où le reptile a été repéré. Si aucun incident n'est pour l'instant à déplorer, il n'en demeure pas moins que cette observation peut s'avérer dangereuse.

Jean-Claude Nicolas, responsable du service Police de la Nature au Parc Naturel Régional de Martinique, met en garde les curieux qui s'approcheraient trop du lieu de vie du ou des reptiles.

C'est un animal qui a un certain gabarit, qui est carnivore. Il n'est pas nécessairement dans son milieu même si ça fait longtemps qu'il vit là. Il peut être très dangereux ne serait-ce que par réaction. En principe, il mange surtout du poisson mais les crocodiliens mangent aussi de la viande. J'appelle les personnes à ne pas s'approcher. C'est très risqué 

Ces animaux sauvages disposent d'avantages qui les placent en position de force dans leur milieu humide.

Les crocodiliens sont des animaux très puissants. Rien que leur pattes peuvent provoquer des blessures. Une fois qu'ils attrapent leur proie avec leurs mâchoires très puissantes, ils tournent dans l'eau jusqu'à provoquer la noyade. C'est pas nécessairement pour manger mais aussi pour se défendre. Ils sont en plus très vifs et une fois qu'ils attaquent, il est difficile de venir en aide à la victime

Pour aller plus loin, écouter cet entretien accordé par Jean-Claude Nicolas à Pascale Lavenaire :

 

Selon nos informations, la préfecture a demandé une expertise sur la situation. Pour l'heure, le dossier fait l'objet d'une réflexion mais aucune opération de capture n'est prévue. En 2015, les tentatives de capture avaient toutes échouées.

Tags