Les contours du contrat d'engagement jeune développés devant le Sénat

Par 03/11/2021 - 20:17 • Mis à jour le 03/11/2021 - 19:43

Le Contrat d'Engagement Jeune : il en a été question ce mercredi au Sénat, lors des questions d'actualité au gouvernement, notamment en Outre-mer. Une mesure pour les jeunes de moins de 26 ans éloignés de l'emploi, qui entrera en vigueur en mars 2022.

    Les contours du contrat d'engagement jeune développés devant le Sénat

Annoncé par l'exécutif en début de semaine, le contrat d'engagement jeune est un dispositif pour les moins de 26 ans sans emploi ni formation depuis plusieurs mois. En contrepartie d'une allocation qui peut aller jusqu'à 500 euros par mois, les jeunes concernés devront suivre plusieurs heures d'accompagnement avec pour objectif leur retour sur le marché du travail.

Ce mercredi 3 novembre 2021 au Palais du Luxembourg, c'est le sénateur Dominique Théophile qui a interrogé le gouvernement sur ce contrat d'engagement. L'élu de Guadeloupe, qui a toujours défendu "l'accompagnement vers l'emploi" comme "outil le plus efficace" s'est félicité de sa création, notamment pour les jeunes d'Outre-mer. Le sénateur a demandé à Elisabeth Borne, ministre du Travail, les contours et objectifs du dispositif qu'il a aussi qualifié d' "ambitieux". 

La ministre a ainsi insisté sur la nécessité d'une telle mesure, effective à partir de mars 2022 :

Nous nous démarquons du reste de l'Europe par un taux de jeunes ni en emploi ni en formation ni en études qui reste trop élevé, et c'est particulièrement le cas dans certains territoires d'Outre-mer. C'est pour cela que nous mettrons en œuvre dès mars 2022 le contrat d'engagement jeune destiné aux 500 000 jeunes durablement éloignés de l'emploi

Tags