Mort du Docteur Henri Corenthin : la Guadeloupe perd une conscience

Par • Mis à jour le 18/04/2016 - 18:24

La Guadeloupe est endeuillée par le décès du Docteur Henri Corenthin. L'engagement de ce Port-Louisien au service des valeurs olympiques a été reconnu au plus haut niveau.

    Mort du Docteur Henri Corenthin : la Guadeloupe perd une conscience
Ce lundi 18 avril 2016, la Guadeloupe politique, médicale et sportive s'incline devant la mémoire du docteur Henri Corenthin, ce prometteur de l'olympisme et de la fierté guadeloupéenne.

Chacune des positions d'Henri Corenthin était guidée par son sentiment nationaliste. Un courant de pensée représentant l'ossature même de sa démarche d'abord en tant que médecin, puis, de militant du Camp patriotique et de l'Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG).

Ce natif de Port-Louis s'est construit avec la nouvelle République du Mali où il a occupé le poste de ministre des Travaux publics, des Transports et des Communications. Modibo Keita était alors au pouvoir.

De retour en Guadeloupe, Henri Corenthin a retrouvé sa nationalité française et s'est mis au service de la médecine. Il a été jusqu'à sa retraite le directeur de la clinique des Eaux vives (Saint-Claude).

Dans le champs sportif, l'homme a été le porte-drapeau de l'olympisme guadeloupéen. Une philosophie qu'il a développé à la tête de la ligue d'athlétisme durant une mandature.

En perdant le docteur Henri Corenthin, la Guadeloupe perd un patriote, le sport guadeloupéen manquera d'une boussole et les dirigeants sociaux d'une conscience.