C'est la grogne dans le secteur du BTP antillo-guyanais

Par • Mis à jour le 20/04/2016 - 14:31

Ce mardi 19 avril 2016, les représentants des trois organisations professionnelles du Bâtiment et des travaux publics (BTP) de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane viennent d'adresser une véritable missive aux pouvoirs publics. Elle dénonce une situation critique dans les Départements Français d'Amérique (DFA).

    C'est la  grogne dans le secteur du BTP antillo-guyanais
Ce mardi 19 avril 2016, la menace brandie par le secteur du Bâtiment et des travaux publics (BTP) dans nos trois Départements Français d'Amérique (DFA) gagnerait à être prise en considération par les pouvoirs publics.

Ces derniers sont directement pointés du doigt dans un document signé par les trois fédérations de BTP des Antilles-Guyane. Après s'est être réunies à Cayenne (Guyane) en fin de semaine dernière, elles interpellent l'Etat, les collectivités territoriales et l'ensemble des maîtres d'ouvrage sur la situation catastrophique de leur secteur.

Elles rappellent avec force les conséquences négatives d'une commande publique défaillante, de délais de paiement inacceptables et de blocages administratifs récurrents des dossiers de défiscalisation sur l'emploi et la survie des entreprises.

Cet élément conduit le secteur, à l'échelle de nos trois DFA, a douté de la volonté réelle des pouvoirs publics de répondre efficacement aux questions légitimes posées par les organisations professionnelles. Et ce, dans le cadre de la défense des intérêts des entreprises et d'un développement économique porté par l'aménagement du territoire.

Le secteur du bâtiment antillo-guyanais se dit très inquiet d'une nouvelle dégradation de la situation en 2016. En effet, les organisations professionnelles avaient employé un ton similaire à la fin de l'année 2008.

Ils ont donc appellé l'Etat et les maîtres d'ouvrage public a apporté rapidement des solutions à leurs revendications.

Sinon, ils annoncent leur volonté de réaliser des actions communes en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane pour porter "le désarroi de très nombreuses entreprises et de salariés du BTP".

Actuellement, une société serait littéralement prise à la gorge avec 700 000 euros de factures en attente de règlement. Une fois de plus, ce sont les collectivités et donneurs d'ordre qui sont visés pour défaut de paiement et ces fameux délais inacceptables.

Mais, le hic c'est que la dite société a parallèlement 200 000 euros de dettes sociales. Elle serait également sous la menace d'une procédure de liquidation.