Des travaux d'intérêt général en lien avec les sargasses

Par • Mis à jour le 18/06/2018 - 05:29

Et si les délinquants condamnés étaient mis à contribution pour faire face aux sargasses ? C’est l’idée envisagée par les autorités. Le tribunal correctionnel a condamné ces derniers jours un jeune homme pour cambriolage, les magistrats ont laissé entendre qu’il sera redirigé vers des travaux d’intérêt général (TIG) en rapport avec les algues brunes. Mais le dispositif nécessite toute une logistique préalable.

    Des travaux d'intérêt général en lien avec les sargasses

A l’instar de la Martinique qui a déjà expérimenté ce procédé il y a quelques semaines, la Justice en Guadeloupe compte s’y mettre aussi. C’est à l’issue d’une audience qui s’est déroulée jeudi que le président du tribunal pointois, Bruno Le Bécachel a indiqué à publiquement, que les prochaines peines impliquant des travaux d’intérêt général pourront être axées sur le nettoyage des plages notamment à cause de l’invasion de Sargasses. Des prévenus souvent jeunes comme celui de 19 ans condamné cette semaine pour cambriolages, à 200 heures de TIG qu’il devra effectuer prochainement.

Une logistique et un encadrement à étudier

Une mesure qui devrait prendre effet soit cette année, soit l’an prochain car il faut tout d’abord se pencher sur le côté logistique, comme le transport des intéressés par exemple. Contacté par nos soins, le SPIP, service pénitentiaire d’insertion et de probation indique que l’idée est belle et bien envisagée, reste à définir les contours administratifs et les candidats susceptibles d’y participer. Une alternative à l’incarcération donc mais concernant les petites peines. Une façon aussi de réinsérer nos jeunes par le travail.

Certaines communes impactées sont déjà favorables

Selon les mêmes magistrats qui ont livré l’information, trois territoires se sont déjà proposés pour tester le dispositif : Le Moule, Sainte-Anne et Marie-Galante. Deux n’auraient pas encore donné suite : Petit-Bourg et Saint-François.