Assises : jugé pour le meurtre commis devant le collège Général de Gaulle au Moule

Par 26/09/2022 - 13:00 • Mis à jour le 26/09/2022 - 12:49

Une affaire d'assassinat est jugée jusqu'à mercredi devant la cour d'assises. L'accusé avait tiré un coup de feu mortel devant un collège du Moule.

    Assises : jugé pour le meurtre commis devant le collège Général de Gaulle au Moule

Aujourd'hui âgé de 23 ans, Sloan Ransy en avait 20 lorsque le 13 mai 2019, il a abattu d'un coup de feu tiré d'un fusil de chasse un autre jeune de seulement 17 ans, Modestre Sainte-Marie. Des faits survenus devant le collège Général de Gaulle au Moule. Détenu depuis ce crime, l'accusé, lycéen au moment du drame, sortira pour la première fois de prison pour être jugé pour meurtre avec préméditation. 

L'accusé encourt la perpétuité

C'est pour un simple différent amoureux, des futilités de relations ou de comportements que Sloan Ransy aurait abattu froidement et à courte distance, de face, Modestre Sainte-Marie. Un seul tir dans une partie vitale du corps qui allait entraîner dès le lendemain le décès du jeune garçon de 17 ans. Un acte préparé et déterminé manifesté par une anticipation qui traduit, selon l'accusation, la préméditation. C'est donc pour assassinat que Sloan Ransy reste poursuivi. Un crime passible de la peine maximale de la réclusion criminelle à perpétuité. 

Le garçon a fait une demande de mise en liberté sous contrôle judiciaire qui lui a été refusée.

Un détenu violent

Afin, notamment, d'éviter toute pression sur les témoins, ou concertation frauduleuse entre les auteurs et complices, prévenir une éventuelle récidive et mettre fin au trouble à l'ordre public résultant de la commission de l'infraction et garantir la présentation en justice de l'accusé.

Sloan Ransy n'a pas amélioré sa situation depuis son incarcération, émaillée de nombreux incidents, comme la détention d'objets prohibés : produits stupéfiants, téléphones, pics artisanaux. Mais aussi des comportements violents : il a agressé un détenu à l'aide d'un pic artisanal et adressé menaces et insultes aux surveillants pénitentiaires. Le procès est prévu pour durer trois jours. 

Tags