Armé, il agresse un père et un fils qui se rendent au cinéma

Par • Mis à jour le 10/05/2016 - 15:47

Cinq ans d’emprisonnement pour un vol à main armé commis en plein jour. C’est la peine, teintée de sévérité et prononcée contre un homme d'origine dominiquaise et en situation irrégulière, ce lundi 9 mai 2016, par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre.

     Armé, il agresse un père et un fils qui se rendent au cinéma
Alors qu'un père et son fils se rendaient au cinéma à Pointe-à-Pitre, un individu armé d'un pistolet leur a dérobé une sacoche et une gourmette. L'homme, ne voulant probablement pas être poursuivi, a aussi volé les clés de leur véhicule.

Mais, le braqueur âgé de 25 ans, d'origine dominiquaise et en situation irrégulière a été rapidement interpellé par la police.

Ce lundi 9 mai 2016, au tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, le prévenu a tenté de se justifier.

Il expliqué à la barre, en anglais, qu'il était sous l'emprise de la drogue au moment des faits. L'individu a également déclaré qu'il était armé car il avait des ennuis avec un certain nombre de personnes.

Le président d'audience sidéré devant ces explications lui alors demandé, pourquoi il utilisait son arme pour voler d'honnêtes gens. A cette question, le prévenu n'a pas su répondre.

Du coup, le tribunal en a déduit que l'homme était particulièrement dangereux. Une main tendue à la partie civile.

L'avocat du père et du fils a en effet comparé le contexte actuel à du "terrorisme au quotidien", soulignant qu'au regard du jour et de l'heure (un dimanche à 14 heures) des enfants auraient pu être victime de ce braqueur ou assister à la scène.

La partie civile a ainsi demandé une peine faisant figure d'exemple. Le ministère public est allé en ce sens. Il a requis 4 ans d'emprisonnement ferme.

La défense, elle, a eu dû mal a avancé des arguments. Selon elle, le comportement du prévenu est celui d'une personne dépendante de la drogue.

"S'il avait été expulsé du territoire, il n'aurait pas commis les faits", a ajouté son avocate.

Toutefois, la plaidoirie de la défense n'a pas minimisé la sévérité du tribunal. Les trois juges sont allés au-delà de la peine requise.

Le prévenu a été condamné à 5 ans d'emprisonnement ferme avec maintien sur mandat de dépôt.