Un antillais agresse des policiers en criant "allahu akbar"

Par • Mis à jour le 26/06/2018 - 12:16

Retour sur cette agression survenue il y a quelques jours à Tours dans l’hexagone. Un antillais muni d’un couteau s’en était pris aux forces de l’ordre an criant « Allahu akbar ». Finalement, le procureur de la République de la circonscription a écarté la piste terroriste. L’individu depuis interpellé, était en réalité sous l’emprise de stupéfiant.

    Un antillais agresse des policiers en criant "allahu akbar"

Après l'agression au couteau survenue mercredi dernier sur le Pont de fil, le procureur de la République de Tours, Jean-Luc Beck a tenu une conférence de presse les jours suivants a indiqué le média France Bleue. Il a donné des précisions sur l'auteur des faits. Il s'agit d'un antillais de 30 ans, qui vivait depuis peu dans la région et est bénéficiaire du RSA. Il était arrivé récemment de la ville voisine de Blois. Lors de sa garde à vue, l'homme a précisé qu'il ne se souvenait de rien. « J'ai crié Allahu Akbar sans savoir ce que ça veut dire ! J'avais beaucoup fumé de cannabis la veille et le matin du passage à l'acte ». Le suspect qui n'a pas d’antécédents judiciaires, si ce n'est un petit délit routier, a rappelé qu'il avait bien crié Allahu Akbar, mais sans en connaitre la signification.

Je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça !

Selon les autorités, le mot Allahu Akbar a bien été prononcé par le mis en cause, mais dans un flot de paroles plus ou moins compréhensibles. L’homme a par la suite été présenté à un juge d'instruction poursuivi pour menaces avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique et tentative d'homicide. Le procureur de la République a tenu à saluer le sang-froid des 3 policiers de la Bac de Tours qui n'ont heureusement pas fait usage de leurs armes en cette période empreinte de terrorisme. En effet, l'individu dans son état second et agressif, avait été rapidement mis au sol et menotté demandant même à ce qu’on lui tire dessus.