Soupçons de prise illégale d'intérêts : Sébastien Lecornu entendu, une "procédure normale" pour son cabinet

Par 21/04/2021 - 06:33 • Mis à jour le 21/04/2021 - 06:32

Le ministre des Outre-mer a été entendu la semaine dernière à Nanterre par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, comme l'a révélé Mediapart. Une audition libre dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte pour des soupçons de "prise illégale d'intérêts" et "omission de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

    Soupçons de prise illégale d'intérêts : Sébastien Lecornu entendu, une "procédure normale" pour son cabinet

L'enquête qui vise Sébastien Lecornu a débuté en mars 2019, suite à la réception d'un courrier par le parquet national financier, évoquant la période située entre avril 2016 et juin 2017. L'actuel ministre était alors président du département de l'Eure et au même moment administrateur à la SAPN, la Société des Autoroutes Paris Normandie. Pour ce siège d'administrateur, il a touché des "jetons de présence", pour un montant déclaré à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique d'un peu moins de 8000€. Le membre du gouvernement est donc suspecté d'avoir favorisé la société autoroutière lors des délibérations prises par la collectivité, en usant de son pouvoir à la tête du département.

Des accusations rejetées par le cabinet de Sébastien Lecornu qui assure à nouveau ce matin que son mandat a été effectué "de façon totalement transparente", avec "professionnalisme et impartialité", et qu'il n'a fait que "poursuivre une pratique historique", celle de sièges réservés pour les départements traversés par les autoroutes gérées par la SAPN dont ils sont aussi actionnaires. L'entourage du ministre explique aussi que les délibérations sur la période pointée du doigt étaient de "nature technique" et s'inscrivaient "parmi les centaines de décisions courantes prises mensuellement par les commissions du département pour le bon fonctionnement des infrastructures".

Lors de son audition libre jeudi dernier, Sébastien Lecornu qui était entendu pour la première fois en deux ans a donc "contesté toute prise illégale d'intérêts dans le cadre de ses fonctions". Rue Oudinot, on insiste enfin sur le fait que ce "premier acte d'une procédure normale" ne vient pas perturber l'activité ministérielle.

À lire également