Serge Letchimy s’est entretenu avec le ministre de l’Écologie sur nos richesses biologiques

Par 05/09/2023 - 06:48 • Mis à jour le 05/09/2023 - 12:23

Le président du conseil exécutif de la CTM (collectivité territoriale de Martinique) poursuivait ses entretiens ministériels ce lundi 4 septembre à Paris. Après Philippe Vigier et Gérald Darmanin la semaine dernière, Serge Letchimy s'est entretenu avec Christophe Bechu, le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

    Serge Letchimy s’est entretenu avec le ministre de l’Écologie sur nos richesses biologiques

Cette rencontre était l'occasion d'évoquer divers sujets d'avenir, dont le développement des énergies renouvelables, l'adaptation des primes d'accompagnement, la quantification de la biodiversité locale, mais aussi le transfert de maîtrise des décisions en matière de contrôle écologique. Actuellement, c'est le ministère qui a la main sur ces dossiers. Cependant, Serge Letchimy souhaiterait que cela revienne aux territoires :

Il y a un texte qui dit clairement qu'il est possible de donner à la collectivité territoriale le droit et d'autoriser l'accès ou pas aux ressources biologiques en mer, mais sur terre, les deux. 23 ans après, il n'y a pas d'application de ce texte- là. Ce sont des discussions très intéressantes, d'autant plus que nous avons notre programmation pluriannuelle de l'énergie qui est en cours. Et là, on a porté un accent particulier sur la géothermie.

Pour le président du conseil exécutif de la CTM, il faut se donner les moyens : « Nous sommes riches en géothermie. Maintenant, il faut que les conditions d'exploitation nous permettent d'avoir des retombées très puissantes ».

Un défi à relever

Et pour ce faire, il faut d’abord passer par l’évaluation de la richesse écosystémique des Antilles françaises. Un enjeu qui peut paraître symbolique, mais pourtant très stratégique pour nos territoires. Alors que les Outre-Mer concentrent 80% de la biodiversité nationale, cet apport est difficile à quantifier et fait d'ailleurs l'objet de débats politiques au sujet de l'importance des collectivités ultramarines dans ce que vaut la France à l'international. Au-delà de considérations financières, il existe des indicateurs de la valeur de compensation carbone des écosystèmes.

Pour Serge Letchimy c’est un enjeu fondamental :

Le fait que la Guyane soit en mesure de capter les émissions de carbone, c'est fondamental. Mais il y a aussi les mers qui sont des puits de carbone. Ça, il faut le quantifier. La mangrove, il faut le quantifier. C'est un pas de géant qu'on est en train de faire. C'est un défi incroyable qui nous inscrit dans une innovation dans les mutations climatiques très positives, parce que nous prenons nous-mêmes en main la capacité de financer les espaces de résilience, notamment les traits de côte.

Tags

À lire également