Sargasses :"Il est évident que l'H2S a une activité sur l'organisme"

Par 03/12/2015 - 15:52 • Mis à jour le 03/12/2015 - 15:52

Les effets des algues sargasses sur l'organisme ont fait l'objet d'une réunion d'information des médecins libéraux ce mercredi à l'URPS de Rivière-Roche.

    Sargasses :"Il est évident que l'H2S a une activité sur l'organisme"
Depuis quelques années, l'apparition de ces varechs sur nos côtes a eu plusieurs conséquences économiques mais également matérielles. L'inquiétude des habitants touchés par cette invasion constante d'algues sargasses est remontée jusqu'au ministère de l'écologie.

Pour rappel, en septembre 2014 le député-maire du François Maurice Antiste avait adressé un courrier à la Ministre Ségolène Royal afin de l'alerter sur les effets désastreux de la putréfaction des algues sargasses dans sa communes. Les professionnels de santé se sont retrouvés pour mieux appréhender l'impact toxique de l'hydrogène sulfuré produit par l'accumulation de ses varechs sur nos côtes.

Le docteur Cécile Dal, médecin généraliste au François a témoigné auprès de ses confrères des nombreuses consultations qu'elle a pu faire depuis le retour des algues en août dernier; si le nombre de patients à diminué l'inquiétude elle demeure."Il n'y a plus trop de consultations spontanées en ce moment, c'est plutôt moi qui les orientent en sachant qu'ils ont des pathologies relatives aux sargasses", a précisé Cécile Dal le médecin généraliste.

L'ARS a commandé une étude à long terme sur l'exposition aux algues sargasses à l'AMSES et les résultats devraient être publiés au courant de l'année 2016. Pour l'Agence Régionale de Santé de Martinique la réunion d'hier a permis aux professionnels de santé et précisément aux médecins d'avoir une expertise scientifique sur la teneur en H2S des algues sargasses. Ainsi ils ont pu comprendre les mesures effectuées par les équipes de l'ARS. L'agence qui a conscience de ce problème poursuit sa veille et ses analyses sur les sites en haute teneur en gaz sulfuré notamment en cas de risque majeur pour l'homme."Il est évident que l'H2S a une activité sur l'organisme... Tout le monde sait que l'H2S sent mauvais. Quand le niveau monte il peut y avoir des irritations des yeux, irritations des bronches, des personnes un peu plus sensibles qui vont être plus atteintes que d'autres", a précisé Alain Blateau, directeur de la Veille Sanitaire à l'ARS.

Audrey Ollon et Peggy Saint - Ville