Les médecins se mobilisent contre la loi Touraine !

Par • Mis à jour le 12/11/2015 - 13:20

Les médecins de Martinique affiliés aux 4 syndicats de l'île (le bloc FMF - Fédération des Médecins de France, SML- Syndicat des Médecins Libéraux et syndicat de la Martinique) se mobilisent ce vendredi 13 et ce samedi 14 afin de rappeler leur désaccord avec le projet de loi Marisol Touraine qui sera débattu à l’Assemblée Nationale ce lundi 16 novembre.

    Les médecins se mobilisent contre la loi Touraine !
Vendredi 13 novembre et samedi 14 novembre les cabinets des médecins seront fermés mais les maisons de garde elles seront tout de même ouvertes afin de garantir un service minimum aux patients. Avec cette mobilisation les médecins affiliés aux 4 syndicats suivront un mouvement d'ampleur nationale qui s'insurge contre la loi Touraine.

Les médecins mécontents estiment que les conséquence de cette loi Touraine sont trop nombreuses : remise en cause du secret médical, de l’indépendance professionnelle ou encore de la liberté de choix du médecin. De plus les manifestants risquent d’aller jusqu’au déconventionnement, c'est-à-dire que le médecin va demander au patient un tarif non remboursé par la sécu ,et le patient devra avancer les frais remboursés (ou pas par la mutuelle). "Une catastrophe pour les patients ! On va créer une inégalité sociale terrible parce que les mutuelles vont être obligatoires et la mutuelle vous allez avoir un niveau de base un niveau plus élevé et ainsi de suite avec des niveaux de remboursement différents", se désole la présidente de la Fédération des Médecins de France, Anne Cricquet Hayot.

Face à cette situation, la menace de déconventionnement plane. En Martinique, ils sont une centaine à avoir déjà signé une lettre en ce sens. Le déconventionnement est l'ultime recours des médecins face à cette loi qui selon le Docteur José Sébastien "va à l'encontre des fondamentaux de la médecine". Il reproche également à cette dernière d'attaquer l'indépendance professionnelle, la liberté de choix des patients mais également d'attaquer le secret médical.

Audrey Ollon et Yvonne Guilon