Maria aurait fait 4600 morts à Porto Rico au lieu des 64 annoncés

Par • Mis à jour le 30/05/2018 - 07:41

4600 morts au lieu de 64 après le passage de l'ouragan Maria sur l'île de Porto Rico. C'est le résultat d'une étude indépendante qui met en lumière la mauvaise de gestion de cette catastrophe naturelle par l'administration Trump.

    Maria aurait fait 4600 morts à Porto Rico au lieu des 64 annoncés

L'étude en question a été menée par une équipe de l'Université de Harvard. En plus des morts directement liés au passage de l'ouragan majeur le 20 septembre 2017, les chercheurs ont enquêté sur les décès survenus dans les trois mois suivants.

Selon leur enquête, le taux de mortalité a grimpé de 62% sur les trois mois qui ont suivi l'impact de Maria. Pour obtenir ce chiffre les chercheurs ont frappé à 3299 portes, sur l’ensemble de l’île, selon un échantillon représentatif, et demandé si des personnes des ménages choisis étaient décédées entre le 20 septembre et le 31 décembre 2017.

Les résultats de ce travail de terrain rapporté à la population de l'île aboutissent à 4645 décès. Par ailleurs ils ont découvert qu’en moyenne, les habitants avaient passé 84 jours sans électricité, 64 jours sans eau, et 41 jours sans réseau téléphonique mobile.

Dans les zones les plus isolées, 83% des ménages ont vécu sans électricité pendant toute la période étudiée, soit plus de trois mois.

Près d’un tiers de tous les ménages ont rapporté avoir vu leur traitement médical interrompu: les malades ne pouvaient plus acheter leurs médicaments. D’autres ne pouvaient plus faire fonctionner leurs appareils d’aide respiratoire, faute d’électricité. De nombreux centres de santé et cliniques avaient dû fermer, et nombre de médecins étaient introuvables ou ne pouvaient plus se déplacer.

Le bilan de 64 morts avancé par l'administration locale semble désormais bien dérisoire. Les conséquences morbides du passage de Maria mettent en lumière les manquements et le négligence de l'administration Trump face aux dégâts provoqués par ce cataclysme.

Cette étude a donc fatalement relancé la polémique sur la gestion de cette crise par l'administration centrale américaine. «Porto Rico a subi l’une des pires catastrophes de l’histoire des Etats-Unis, et le gouvernement n’a pas assez réagi. Le Congrès a temporisé sur l’aide, Trump a attaqué la maire de San Juan, est venu quelques heures et a oublié Porto Rico pendant des mois», a tweeté l’élu démocrate Joe Crowley, réclamant des auditions parlementaires.