Une mission interministérielle de haut niveau attendue dès samedi en Guyane

Par • Mis à jour le 24/03/2017 - 23:05

Une mission interministérielle de haut niveau conduite par Jean-François Cordet, ancien préfet de Guyane et de Martinique, est attendue dès demain samedi 25 mars 2017 à Cayenne. Après quelques jours de fortes tensions sociales en Guyane, le premier ministre Bernard Cazeneuve s'est saisi du dossier alors que les Etats-Unis déconseillent ses ressortissants de se rendre en Guyane française.

    Une mission interministérielle de haut niveau attendue dès samedi en Guyane
"Afin de nouer un dialogue constructif et apaisé, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a décidé d'envoyer sans délai en Guyane une mission interministérielle de haut niveau".

C'est par un communiqué publié par Matignon que le gouvernement apporte ce soir une première réponse à la tension sociale qui sévit depuis quelques jours en Guyane.

C'est un ancien préfet de Guyane, Jean-François Cordet qui l'a également été en Martinique, qui conduira cette mission interministérielle de haut niveau. Outre Jean-François Cordet, actuellement conseiller maître à la Cour des comptes, plusieurs hauts fonctionnaires issus de différents ministères en font partie. Et notamment, Michel Yahiel, un ex-conseiller social de François Hollande. Il est aujourd'hui commissaire général de France Stratégie.

Une lettre de mission leur sera remis par la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts avant leur envol pour Cayenne.

D'ores et déjà, Bernard Cazeneuve, dans le communiqué rendu public ce vendredi 24 mars 2017 par Matignon,"appelle l'ensemble des forces politiques, économiques et sociales de la Guyane à se saisir de cette initiative pour construire ensemble l'avenir de ce territoire".

Alors que Washington a recommandé ce vendredi après-midi aux ressortissants américains à ne pas se rendre en Guyane française, la situation restait tendue aujourd'hui sur place.

Les vols d'Air France et d'Air Caraïbes, prévus entre Orly et Cayenne ont été annulés vendredi en raison du mouvement social d'ampleur qui touche le territoire, selon l'expression de la DGAC (direction générale de l'aviation civile). Et ceux du week-end restent encore incertain.

Et selon cette même source, "les blocages routiers rendent difficile l'accès à l'aéroport pour les passagers, les équipages et les services de secours qui travaillent sur la plateforme de Cayenne, et les pompiers ne sont pas en nombre suffisant".

Cela dit, un cahier de revendications commun avec les collectifs de Cayenne, d'Iracoubo, Sinamary et Saint Laurent était en cours de constitution ce vendredi. Un document qui devrait servir de base de travail avec la mission interministérielle attendue ce samedi 25 mars 2017 en Guyane.
Jean-Philipppe Ludon
@jpludonrci.