L'ONF fait appel à des bénévoles pour surveiller les pontes de tortues marines

Par Lola-Jeanne Cloquell et Adeline Courson 05/04/2021 - 15:32
01/01/2020 - 00:00
Martinique

La saison des pontes de tortues a commencé depuis le mois dernier. Elle s’étend jusqu’au mois d’octobre et concerne plusieurs espèces de tortues marines qui viennent déposer leurs œufs le long du littoral martiniquais. Mais pour encore mieux les connaître et les protéger, l’ONF a lancé un appel à projets pour recruter des bénévoles.

    L'ONF fait appel à des bénévoles pour surveiller les pontes de tortues marines

Une saison des pontes qui s'étend jusqu'à octobre

La saison des pontes a démarré il y a quelques semaines en Martinique. Une saison qui s'étend jusqu'en octobre, et pendant laquelle les trois espèces présentes en Martinique viennent déposer leurs œufs sur le littoral de l'île : tortues vertes, tortues imbriquées et tortues luth.

Afin de protéger au mieux ces espèces, il est important d'observer et de relever toutes les données relatives à la vie des tortues. Et notamment la ponte. Combien de pontes sur toute la saison ? Quel type d'espèces ? Quels sont les prédateurs ? Un travail titanesque mené par le CNRS, et qui nécessite l'aide de bénévoles. 

Un suivi minutieux nécessitant l'aide de bénévoles

Damien Chevallier, chercheur au CNRS, soutient la formation des bénévoles. Un suivi précis, comme il l'indique :

Un personne va patrouiller sur la plage de 5 heures à 9 heures, et le suivi se fait un jour sur deux. Donc si on voit un trace, on essaie de repérer si la tortue a pondu ou non. On prend un point GPS du nid, une fois que le nid est repéré on barre la trace pour ne pas la recomptabiliser les jours suivants. On note aussi l'habitat de ponte, et les prédateurs présents

Pour chapeauter tout cela, l'ONF (Office national des forêts) a lancé un appel à projet, et le consortium de plusieurs associations mène la formation de ces bénévoles : l'Asso mer, le Carbet des Sciences, ou encore Reflet de culture, avec le soutien d'Aqua Search.

Parmi les associations qui participe aux formations, Roots of the sea – Rasin Lanmè. Et il est très simple de devenir bénévoles, comme l'explique Mosiah Arthus, secrétaire de l'association Roots of the Sea, Rasin lanmè : 

Il suffit de prendre contact avec les associations. On peut venir avec la famille, les enfants, les conjoints, et plus on sera nombreux, mieux ce sera pour quadriller les plages. J'en appelle aussi aux retraités qui ont du temps libre et qui aiment se promener le long des plages, ce serait intéressant

Ces recensements ne sont pas uniquement réalisés en Martinique, mais aussi en Guadeloupe. Ce processus permet ainsi de comparer les îles et d'avoir un vision globale de la population des tortues marines qui viennent pondre aux Antilles. L'objectif est alors d'établir la situation de ces espèces fragiles et parfois en danger au niveau international. comme l'explique Damien Chevallier, chercheur au CNRS.

Tags