Elie Domota : "Nous demanderons à rencontrer Ary Chalus"

Par • Mis à jour le 15/12/2015 - 17:48

A en croire Elie Domota, le porte-parole du mouvement Liyannaj Kont Pwofitasyon, l’arrivée d’Ary Chalus à la tête de la collectivité régionale n’aura pas de conséquences notables pour les salariés guadeloupéens. Il souhaite tout de même rencontrer le futur président de la Région Guadeloupe pour discuter des grands dossiers sociaux.

    Elie Domota : "Nous demanderons à rencontrer Ary Chalus"
Pour Elie Domota, le chef de file du mouvement Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), l’élection d’Ary Chalus à la tête de la collectivité régionale n’aura pas de conséquences notables pour les travailleurs guadeloupéens. Mais, il souhaite tout de même rencontrer le futur président de la Région Guadeloupe.

" Nous allons interpeller Ary Chalus sur la formation, les problèmes de l’eau, (... ) la loi Macron et loi Rebsamen (…)", a-t-il indiqué sur les ondes de RCI Guadeloupe ce mardi 15 décembre 2015.

La loi Macron sur la croissance et l’activité ou la loi Rebsamen sur le dialogue social sont les pierres angulaires du gouvernement Hollande. Elles modifient plusieurs réglementations touchant les employés.

La première va, entre autres, vers un assouplissement du travail le dimanche et la nuit. Elle prévoit de supprimer les cinq dimanches travaillés de plein droit. La loi Macron laisse également le choix aux élus de fixer le nombre de dimanches, entre 0 et 12. Selon LeMonde.fr, au-delà de cinq dimanches, la décision devra être débattue au niveau intercommunal.

La loi Rebsamen, elle, table sur le dialogue social. Elle modifie les règles de fonctionnement et l’organisation des entreprises. La loi Rebsamen instaure, par exemple, une instance représentative pour les micro-entreprises (TPE).

Selon le leader du LKP, il convient donc de savoir comment ces lois vont être mises en place en Guadeloupe. Elie Domota souhaite également aborder avec Ary Chalus d’autres thématiques comme le devenir des salariés de l’hôtel Manganao ou l’insertion des jeunes diplômés guadeloupéens.

Anaëlle Edom
@AnaelleE_RCI