Notre cyclisme peut mieux faire

Par • Mis à jour le 08/08/2016 - 19:18

(AUDIO) - A la sortie de ce 66e Tour cycliste international de la Guadeloupe, la question de la formation des coureurs, condition sine qua non au rayonnement de notre cyclisme est sur toutes les lèvres.

    Notre cyclisme peut mieux faire
Le niveau du cyclisme guadeloupéen s'est précisé lors de la 66e édition du Tour cycliste international de la Guadeloupe. Pour cette édition 2016, on compte quelques satisfactions.

Jules Lanclume le coureur du VO2C (Les Abymes) s'est illustré au classement général. Il est le premier guadeloupéen a y figuré. Il a terminé la compétition à plus de 8 minutes de Damien Monier, le grand vainqueur de ce tour.

Autre point positif, Cédric Locatin de l'Excelsior a obtenu le maillot du meilleur espoir.

L'événement sportif le plus populaire de l'île a, également, été marqué par la mort du jeune Warren Errin, sociétaire de l'Uni Sport Lamentinois. Ce drame a entraîné ipso facto le départ de Boris Carène. Le coureur de l'ASBM, homme fort de la discipline a préféré se retirer pour faire acte de solidarité envers la famille Errin.

Un tour sans Boris Carène, et la réflexion est née. Qui parmi les coureurs guadeloupéens pourrait remporter la compétition ? Luc Leblanc, le champion du monde sur route de 1994, consultant sur nos ondes a assuré très tôt que notre cyclisme peinait à livrer de nouveaux challengers.

En substance, il confiait que la façon la plus notable de faire avancer la discipline est d'axer sur la formation, de mettre les bouchées doubles pour permettre aux coureurs de montrer l'étendue de leurs talents.

Visiblement, ce conseil n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Même si Ary Chalus, le président de Région tire un bilan positif à l'issue de l'épreuve, il assure qu'en matière de formation, on peut encore aller plus loin. Ecoutez.


Selon d'autres observateurs, le fossé entre le cyclisme guadeloupéen et martiniquais n'existe plus. Il l'ont allégrèment fait remarquer. De quoi apporter de l'eau au moulin de ceux qui avancent, sans sourciller, que la Guadeloupe n'est plus à même de créer un nouveau champion.

Anaëlle Edom avec Rony Béral.
@anaellee_rci