Primaire 2017 : effet François Fillon ... l'Outre-mer dans les axes de campagne, décryptage

Par • Mis à jour le 14/11/2016 - 22:28

A quelques jours de la primaire de la droite et du centre, le duo de tête Juppé-Sarkozy devra tenir compte de la nouvelle dynamique de la candidature de François Fillon. A en croire les derniers sondages, l'ancien premier ministre récolte environs 20% des intentions de vote. Mais, quelle place les candidats à la candidature accordent-ils aux Outremers dans leurs campagnes ?

    Primaire 2017 : effet François Fillon ... l'Outre-mer dans les axes de campagne, décryptage
A six jours de la primaire de la droite et du centre, François Fillon, l'ancien premier ministre opère une remontée spectaculaire. Autant dire que l'ex "collaborateur" de Nicolas Sarkozy fait son entrée dans la course au bon moment.

Pendant de longs mois, François Fillon était loin derrière le duo de tête Juppé-Sarkozy. Selon une enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info, publiée le 11 novembre 2016, François Fillon bondit de 9 points. Il atteindrait ainsi 20% des intentions de vote à la primaire.

Ce décollage quasi inespéré du candidat est confirmé par une autre étude. Dans l'hypothèse d'une participation d'environs 3,9 millions d'électeurs, François Fillon gagnerait 7 points à 18% des intentions de vote, selon lemonde.fr. Le site d'information s'appuie, cette fois, sur un sondage Kantar Sofres-One Point pour RTL, LCI et Le Figaro publié ce lundi 14 novembre 2016.

L'Outre-mer est-elle présente dans la campagne ?


Dans ce contexte, les sept candidats sont très impliqués sur le terrain et l'Outre-mer est plus ou moins présente dans leurs axes de campagne. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont consacré chacun un document aux régions ultramarines.

Les autres candidats, eux, sont peu diserts sur cette question. Toutefois, ils concèdent comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Jean-François Coppé ou encore Jean-Frédéric Poisson que nos régions ont besoin de "contrats de plan Etat-région" valorisant "les perspectives de développement".

Ils reprennent tous, sans exception, l'idée d'Alain Juppé sur la nécessité de renforcer l'Etat dans les Outremers pour ses missions régaliennes.

D'ailleurs, sur le site du candidat dédié à la primaire, il revient sur la relation entre départements et régions d'Outre-mer et l'hexagone.

Elle serait "malmenée par des décisions unilatérales, trop souvent guidées par des considérations budgétaires". Pour le favori des candidat à la candidature, il convient d' "agir" pour "donner de la stabilité dans le temps aux dispositifs publics d'aide aux entreprises, aux opérateurs sociaux (...) et accompagner les départements et régions d'Outre-mer dans l'adaptation des normes communautaires et nationales".

Des déclarations dans lesquels se reconnaissent les sept candidats. Ils sont également convaincus, hormis Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Jean-François Coppé que le droit du sol pourrait être reconsidéré à Mayotte et en Guyane. L'objectif : faire face à l'immigration clandestine.

A.E avec François Thomas