Tentative d'infanticide : 8 ans de prison pour la maman

Par • Mis à jour le 27/06/2018 - 12:19

Stéphanie SIMMONS a été reconnue, mardi soir, coupable de tentative de meurtre sur son nouveau né et condamnée à 8 années d'emprisonnement. Le jury a suivi les réquisitions de l'avocat général.

    Tentative d'infanticide : 8 ans de prison pour la maman

 Le verdict de 8 années d'emprisonnement pour tentative de meurtre, prononcé hier soir par la cour d'assises de Basse-Terre, au profit de Stéphanie SIMMONS, au terme de deux heures de délibéré, est lourd de conséquences. Il éloigne, probablement, définitivement, la mère de sa fille aujourd'hui âgée de deux ans et demi.

La petite Lilou, une fillette qui depuis cette nuit de Noël 2015 avait d'abord été admise en qualité de pupille de l'Etat et accueillie à la pouponnière de la Maison de l'Enfance aux Abymes, avant de se retrouver dans une famille d'accueil, quelque part en Guadeloupe, où elle grandie.

L'accusée ne s'attendait pas à retourner en prison, elle qui avait déjà effectué 10 mois de détention préventive mais qui depuis le 3 novembre 2016 avait été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire. Elle travaillait et élevait ses deux autres enfants de 8 et 6 ans, en compagnie de leur père, son conjoint avec lequel elle est en couple depuis 9 ans. C'est tout cela qui, hier soir, au terme de 2 jours d'audience s'est écroulé.

Stéphanie SIMMONS payant un geste qu'elle a elle-même traduit comme "diabolique". Bien que l'altération lui ait été reconnue, le jury a confirmé la tentative d'homicide sur une enfant de moins de 15 ans. L'accusée a décidé, dès hier soir, d'accepter ce verdict et d'assumer son geste en n'interjetant pas appel.

Un choix courageux qui si elle se conduit bien en prison peut lui permettre d'espérer envisager sortir d'ici 4 ans et qui sait, peut-être, tenter, de nouveau, après avoir purgé sa peine, de retrouver celle qu'elle n'a plus revue depuis les faits et pour laquelle, hier soir, elle a demandé "PARDON" !