L'ARS communique pour l'eau "impropre" de Baillif

Par • Mis à jour le 27/06/2018 - 20:42

Dans on communiqué, l’Agence de Santé rappelle que la distribution de l'eau potable est initialement un service public communal. La personne responsable de la production distribution de l’eau (PRPDE) est le garant de la qualité de l'eau produite et/ou distribuée. Dans le cas de la ville de Baillif, ce service est délégué à la Communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbes.

    L'ARS communique pour l'eau "impropre" de Baillif

En cas de non-conformité observée dans le cadre du contrôle sanitaire l’ARS informe immédiatement l’opérateur concerné. A l’inverse, lorsque l’opérateur constate un incident lors d’un autocontrôle, il est tenu d’en informer l’ARS. Celle-ci émet alors des prescriptions au regard du risque sanitaire et demande la mise en œuvre de trois types d’actions au PRPDE : des mesures correctives, des actions d’information de la population et enfin la réalisation de restrictions d’usages si nécessaire. 
 
Le 18 juin, lorsque le prélèvement a été effectué, une première alerte pour absence de chlore a été transmise à la CAGSC par l’ARS. Le 25 juin, l’ARS a été alertée, suite aux analyses faites par l’Institut Pasteur d’une très forte contamination microbiologique sur le réseau de Baillif.  L’ARS a alors immédiatement demandé les résultats d’auto-contrôle règlementaires pour la période du 18 au 25 juin qui ne lui sont pas parvenus. Ce même jour, la directrice générale de l’ARS a signifié par écrit une demande d’interdiction de consommation pour non-conformité de l’eau potable. 

Ne pas consommer l'eau
 
Ce mercredi 27 juin des prélèvements de nouveaux contrôles sont effectués sur ce territoire. Les résultats partiels seront communiqués sous 48h. Il est vivement conseillé à la population de ne pas consommer cette eau jusqu’à nouvel ordre. L’ARS rappelle que la Communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbes (CAGSC), au même titre que les autres PPRDE est tenue d’effectuer en permanence une surveillance de la qualité de l’eau produite et/ou distribuée. Cette surveillance comprend notamment un examen régulier des installations, un programme de tests et d’analyses et la tenue d’un fichier sanitaire.