Un collégien définitivement exclu à cause de cartes Pokémon

Par 25/06/2021 - 09:48 • Mis à jour le 25/06/2021 - 09:47

Un élève de 4ème renvoyé définitivement du collège de Grand-Bourg à Marie-Galante, pour avoir ramené des cartes Pokémon dans l’enceinte de l'établissement. Benjamin, 14 ans, est accusé entre autres d’avoir mis en danger la vie d’autrui à cause du risque de propagation du Covid par l’échange de cartes.

    Un collégien définitivement exclu à cause de cartes Pokémon

En à peine deux semaines, il a été renvoyé définitivement et se retrouve sans établissement depuis le 22 juin dernier. Tout commence le 10 juin dernier, il est midi, sous le préau du collège Gaston Calmet à Grand-Bourg, Benjamin est avec une poignée d’amis. Il leur montre une collection de cartes Pokémon, celles de son frère, Romain, qui les accompagne. Seulement, la conseillère d’éducation vient vers eux et les leur demande. Benjamin refuse de les donner. 

"On m’a dit qu’en échangeant les cartes Pokémon on peut échanger le Covid comme ça. Romain est épileptique et je savais qu’il allait déclencher un orage de crises" explique Benjamin qui souligne également qu’il ne pensait pas que c’était interdit de ramener des cartes Pokémon dans l’enceinte de l’établissement pour cette raison.

Parmi les motifs retenus sur sa convocation en conseil de discipline, y figurent notamment le "refus d’obtempérer, non respect de l’application des gestes barrières, mise en danger de la vie d’autrui". Un conseil de discipline est convoqué le 22 juin dernier. Au bout de cinq heures de discussions et de débats, l’exclusion de Benjamin est décidée.

"Je comprends pas pourquoi je suis exclu pour ça. Y'a des faits plus graves dans le collège que ça, de la drogue, des cigarettes. Je me suis excusé plusieurs fois de ne pas avoir donné les cartes quand on me les a demandées. Je trouve ça injuste" a confié l’adolescent.

Le père de Benjamin, professeur au lycée de Grand-Bourg, est sous le choc. Il souligne avoir assisté à l’exclusion la plus rapide de toute sa carrière dans l’éducation nationale. "Sincèrement, je me demande des fois si je vais pas me réveiller. Je crois que dans l’histoire de n’importe quel établissement en France, je crois qu’on est les seuls. Y a un gros dysfonctionnement. Mon fils n’a plus envie d’aller au collège. Extrêmement désolé qu’il vive une injustice pareille".

Une pétition rassemble déjà 70 signatures. Les parents compte prendre un avocat et faire appel de cette décision dont la base on le rappelle est une affaire de cartes Pokémon. 

Ce matin, la chef d'établissement confirme que c'est bien le contexte pandémique qui a motivé cette décision sans plus de détails. Mme Annie-Claude Siourakan Badalou, principale du collège de Grand-Bourg n’a pas souhaité répondre aux questions de notre journaliste mais a lu une déclaration préparée à cet effet :

 

 

 

Tags