La situation sociale des Antilles évoquée au Sénat et en conseil des ministres

Par 01/12/2021 - 17:19 • Mis à jour le 01/12/2021 - 17:04

La situation des Antilles évoquée au Sénat et en conseil des ministres aujourd'hui (mercredi 1er décembre). Et si le ministre des Outre- Mers Sébastien Lecornu est rentré ce matin à Paris, il pourrait revenir bientôt aux Antilles.

    La situation sociale des Antilles évoquée au Sénat et en conseil des ministres

Le ministre des Outre-Mers pourrait bientôt revenir aux Antilles

Le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin a laissé entendre ce matin au Sénat, lors de questions au gouvernement, que le ministre des Outre-Mers pourrait bientôt revenir aux Antilles. Il était interrogé par le sénateur du groupes des Républicains de Mayenne, Guillaume Chevrollier, sur la stratégie de l'exécutif face à la situation et les actions concrètes qu'il compte mener.

Gérald Darmanin a répondu en l’absence de Sébastien Lecornu, sollicité par ailleurs dans une discussion avec les élus de Guadeloupe et de Martinique et le Premier ministre en visio-conférence. 

Le ministre de l'intérieur a insisté sur la position de l'Etat : à savoir la fermeté sur l'application finale de la loi et pas de discussion possible sans rétablissement de l'ordre.

C'est d'ailleurs la ligne qui a été suivie par Sébastien Lecornu sur place, comme le souligne Gérald Darmanin :

Le ministre des Outre-Mers, à la demande du président de la République, a ouvert un cycle de concertations et de discussions. Il retournera d'ailleurs aux Antilles. Économiquement et institutionnellement, il a ouvert des voies pour travailler avec nous et pouvoir donner de l'avenir à ces territoires français

Le porte-parole du gouvernement évoque la situation à la sortie du conseil des ministres

La situation aux Antilles avait aussi été évoquée un peu plus tôt en conseil des ministres.

A l'issue de ce conseil, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a rappelé lui aussi qu'il était hors de question de ne pas appliquer la loi. 

Et comme Gérald Darmanin devant les sénateurs, le porte-parole a de nouveau réaffirmé que la condamnation des violences était le préalable à toute discussion :

La situation dans ces deux îles diffère assez considérablement, puisqu'en Guadeloupe, l'intersyndicale a refusé de condamner les violences. Or nous ne pouvons pas discuter sans base républicaine. En Martinique, au contraire, l'intersyndicale a trouvé un accord de méthode sur ce fondement, donc nous pouvons avancer et discuter

Gabriel Attal a également souligné que le respect de la loi serait primordiale :

Certains voudraient que nous renoncions au passe sanitaire ou à la vaccination obligatoire des soignants. Il en est hors de question. Les Antillais ont le droit à la protection face au virus, comme tous les Français

Tags