Le tri des biodéchets ineffectif faute de solution pour les collecter

Par 02/01/2024 - 07:16 • Mis à jour le 02/01/2024 - 07:18

Faute d’une solution locale pour collecter séparément les biodéchets, cette obligation européenne restera encore de longs mois très théorique.

    Le tri des biodéchets ineffectif faute de solution pour les collecter

Depuis le 1er janvier, les déchets alimentaires ne doivent plus être jetés à la poubelle, mais cette obligation européenne restera encore de longs mois très théorique pour une majorité de Français faute d'une solution locale pour collecter séparément leurs biodéchets.

« Moins d'un Français sur trois aura effectivement accès à une solution de tri à la source dans sa collectivité », regrette l'ONG Zero Waste Europe.

De fait, le ministère de la Transition écologique n'a pas caché que seuls 27 millions de Français, soit 40 % de la population, auraient une solution en 2024 : une collecte porte-à-porte, un point d'apport volontaire proche de chez soi, ou la mise à disposition d'un bac de compostage sur la base du volontariat.

« Cette obligation est connue depuis 2015 ! », rappelle Zero Waste Europe, dénonçant « un retard inacceptable » qui, selon elle, « traduit un manque de volonté politique des collectivités locales comme de l'Etat ». 

Pas d'amende

Le gouvernement s'est surtout employé à ne pas prendre à rebrousse-poil une opinion publique perçue comme réticente, insistant pour dire qu'il n'y aurait pas d'amende en cas de non-tri, ni d'obligation d'avoir un seau à épluchures trônant au milieu de son salon. 

Tardives et non contraignantes, les modalités d'application de la loi n'ont été publiées que début décembre.

Un simple avis, dépourvu de la portée d'un décret, qui « ne prévoit ni sanctions ni objectifs de résultat », décrypte l'association d'élus Intercommunalités de France.

Le texte n'oblige même pas les collectivités à lancer une étude de préfiguration avant le 31 décembre, mais uniquement à prouver qu'elles ont décidé de le faire.

Alléger les poubelles

Nos poubelles contiennent environ 30 % de matière organique : pelures, coquilles d'œuf, marc de café, restes de repas, parfois donnés aux poules ou aux chiens, ou compostés dans le jardin, mais le plus souvent jetés en pure perte.

L'enjeu est le même qu'à Bruxelles, Milan ou Séoul où le tri des biodéchets est rentré dans les mœurs.

Il s'agit d'abord d'alléger nos poubelles et d'autre part de cesser de brûler en incinérateur des déchets organiques contenant beaucoup d'eau, ou de les enfouir en décharge, au lieu de les valoriser en compost pour le potager ou l'agriculture, ou en biogaz pour rouler ou se chauffer.

En avance

« Pour nous, c'est rentable », ose Odile Bégorre-Maire, élue de Lay-Saint-Christophe (Meurthe-et-Moselle), qui a près de 30 ans de recul.

L'intercommunalité du bassin de Pompey (environ 40 000 habitants), dont elle est vice-présidente, a inauguré une plateforme de compostage dès 1999. La collecte en porte-à-porte touche deux tiers des habitants.

En cœur d'agglomération, là où il n'y a ni courette ni jardin et des cages d'escaliers trop étroites, des points d'apport volontaire ont été placés dans la rue dans un rayon de 100 à 150 mètres des habitations.

Tout n'est pas parfait et « il y a encore 20 % de biodéchets qui pourraient encore être éliminés du sac contenant les ordures ménagères résiduelles, et toujours 10 % de lieux où les gens ne s'y mettent pas vraiment », note Odile Bégorre-Maire.

Mais depuis janvier 2023, les éboueurs ne passent plus qu'une fois tous les 15 jours pour les ordures ménagères résiduelles. Pour les biodéchets et le recyclage, le ramassage a lieu chaque semaine.

« Les gens ont eu seulement 2 ou 3 % de hausse de la taxe d'enlèvement des ordures depuis 2016, alors que, sinon, la taxe aurait grimpé de 25 %", calcule l’élue.

Tags

À lire également