Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Par 01/03/2024 - 19:09 • Mis à jour le 01/03/2024 - 19:26

L'accord signé entre Haïti et le Kenya à Nairobi pourrait permettre le déploiement des policiers kenyans en Haïti où la violence continue de faire rage.

    Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti ont signé vendredi un accord pour l'envoi de policiers kényans dans l'île, gangrenée par les gangs, dans le cadre d'une mission internationale soutenue par les Nations unies, selon un communiqué signé par le président kényan William Ruto. 

Le chef de l'Etat kényan et le Premier ministre haïtien Ariel Henry, en déplacement à Nairobi, ont "discuté des prochaines étapes pour permettre l'accélération du déploiement", selon le communiqué qui ne précise pas si cet accord est contraire à la décision d'un tribunal kényan ayant jugé illégal fin janvier l'envoi prévu de policiers.

L'accord signé vendredi prévoit l'envoi "réciproque" de policiers, sans donner plus de détails.

"Je profite de cette occasion pour réitérer l'engagement du Kenya à contribuer au succès de cette mission multinationale. Nous pensons qu'il s'agit d'un devoir historique, car la paix en Haïti est bonne pour le monde dans son ensemble", indique le président Ruto dans le communiqué.

Face aux appels de plus en plus pressants du gouvernement haïtien et de l'ONU, le Kenya avait accepté en juillet 2023 de mener cette force de 2.500 à 2.600 hommes, espérée "au cours du premier trimestre 2024", selon la représentante spéciale adjointe de l'ONU en Haïti.

L'ONU avait donné le feu vert en octobre à cette force, également soutenue par les Etats-Unis. 

Le Parlement kényan avait validé le déploiement, avant que celui-ci ne soit bloqué par une décision de justice fin janvier. Le gouvernement avait annoncé son intention de faire appel.

L'opposant Ekuru Aukot, qui avait déposé une plainte contre ce déploiement, a déclaré vendredi à l'AFP qu'il porterait plainte "pour outrage au tribunal".

Echanges de tirs

Le Kenya doit mener cette mission multinationale. Fin février, cinq pays, dont le Bénin avec plus de 1.500 hommes, ont notifié à l'ONU leur participation à la future mission. Les autres membres de cette mission sont les Bahamas, le Bengladesh, la Barbade et le Tchad, a affirmé le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric.

La situation sur place est de plus en tendue. Jeudi, quatre policiers ont été tués et cinq ont été blessés, lors d'échanges de tirs avec des gangs dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince.

Des tirs nourris ont été entendus dans plusieurs quartiers de la zone de Port-au-Prince, les forces de sécurité tentant de repousser les assaillants qui ont visé notamment des commissariats, l'académie de police et d'autres sites stratégiques comme l'aéroport international Toussaint-Louverture.

Depuis l'assassinat en 2021 du président Jovenel Moïse, Haïti fait face à une grave crise politique, sécuritaire et humanitaire. Des gangs armés ont pris le contrôle de pans entiers du pays et le nombre d'homicides a plus que doublé en 2023.

"Domination des gangs"

Au pouvoir depuis 2021, Ariel Henry aurait dû quitter ses fonctions début février.

La situation en Haïti "continue de s'aggraver jour après jour", a déploré vendredi M. Henry, lors d'une discussion avec des étudiants d'une université de Nairobi, avant de remercier le président kényan de donner à l'île un "coup de main".

Le Premier ministre haïtien a également déclaré que les élections seraient organisées "le plus tôt possible", sans donner plus de précisions. 

Mercredi, lors d'un sommet de la Communauté des Caraïbes, Ariel Henry a accepté de "partager le pouvoir" avec l'opposition dans le cadre d'un accord visant à ouvrir la voie à des élections d'ici à un an, selon le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda Gaston Browne.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a insisté jeudi sur l'importance de parvenir à une "solution politique" en Haïti, où l'arrivée d'une force internationale pour aider la police locale à juguler la violence des gangs ne saurait suffire, selon le chef de l'ONU.

"Nous avons besoin d'un système de sécurité qui puisse mettre fin à la domination des gangs et à la criminalité qui détruit le pays", a poursuivi M. Guterres, déplorant le manque de "soutien international (...) sur le plan humanitaire et économique" en Haïti.

Le mois de janvier 2024 a été "le plus violent depuis plus de deux ans" en Haïti, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme qui déplore que la "situation déjà désastreuse" se soit "encore détériorée, dans un contexte de violence incessante et croissante des gangs".

L'ONU a lancé mardi un appel aux dons de 674 millions de dollars pour aider 3,6 millions de personnes en Haïti, pays confronté à l'une des plus graves crises alimentaires au monde.

Tags

À lire également