20 migrants haïtiens présumés retrouvés morts sur un bateau dans les eaux du Brésil

Par 14/04/2024 - 09:22

Vingt corps qui seraient ceux de migrants haïtiens ont été retrouvés dans une embarcation à la dérive le long des côtes nord du Brésil, dans un état de décomposition avancée et présentant des signes de déshydratation et de faim, a indiqué samedi 13 avril la police.

    20 migrants haïtiens présumés retrouvés morts sur un bateau dans les eaux du Brésil
Image d'illustration

Des pêcheurs ont alerté les autorités après avoir remarqué l'embarcation dérivant près de la ville de Braganca, dans l’État du Para, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police fédérale, précisant que l'enquête devrait confirmer le nombre exact de victimes, leur identité et les causes des décès.

Une enquête ouverte

Selon la police civile et les experts médico-légaux, il y avait 20 corps. Le chef de la police fédérale de Braganca, Alexandre Calvinho, a dit qu'il s'agirait de réfugiés haïtiens, a indiqué la police dans un communiqué.

Les victimes "seraient mortes de faim et de déshydratation, mais des analyses complémentaires sont nécessaires", est-il ajouté. Une enquête a été ouverte par le bureau du procureur.

Le site d'information G1 a publié une vidéo attribuée à l'un des pêcheurs, montrant un bateau en bois à la peinture bleue délavée flottant dans des eaux peu profondes et un homme dire  : "Ça fait beaucoup de cadavres".

Braganca est située à plus de 3.500 km d'Haïti, en proie depuis plusieurs mois à une grave crise humanitaire et sécuritaire.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a alerté ce mois-ci que la situation provoquait un large exode. "Pour la plupart des Haïtiens, la perspective d'une migration régulière reste un obstacle insurmontable, laissant la migration irrégulière comme seul semblant d'espoir", a indiqué l'OIM ces derniers jours.

Selon l'OIM, quelques 360.000 Haïtiens ont été déplacés à l'intérieur du pays, dont "un grand nombre à plusieurs reprises", et quelque 13.000 migrants illégaux ont été renvoyés de force en mars par les pays voisins.

Tags

À lire également