Insécurité en Martinique : Justin PAMPHILE publie une tribune sur les faits de violences sur le territoire

Par 09/08/2022 - 16:37 • Mis à jour le 09/08/2022 - 15:17

Le président de l’Association des Maires, Justin PAMPHILE, a rédigé une tribune portant sur la montée de la violence en Martinique. Parvenu à la presse hier (mardi 8 août), le maire du Lorrain fait part d'un certain nombre de propositions.

    Insécurité en Martinique : Justin PAMPHILE publie une tribune sur les faits de violences sur le territoire
Justin Pamphile, maire du Lorrain ©RCI Martinique

Une semaine après le courrier de la CTM adressé au ministre de l’Intérieur Gérald DARMANIN, Justin PAMPHILE souhaite ajouter sa pierre à l’édifice pour éradiquer les faits de violences sur le territoire dont les maires sont bien souvent les premiers témoins.

Dans une tribune envoyée hier à la presse, le maire du Lorrain salue la demande de moyens supplémentaires, exprimée par Serge Letchimy. Cependant, elle est insuffisante selon lui : "il faut une vraie réflexion de fond sur les causes de la montée de la violence en Martinique". C'est pour cette raison qu'il souhaite construire une "stratégie territoriale de Sécurité et de Prévention de la délinquance" autour de trois axes : la prévention, la répression et la solidarité.


Des propositions émanent également de cette tribune, axée autour des instances déconcentrées de l’État et de la CTM. Le Président de l’Association des Maires, Justin PAMPHILE, tenait à l'écrire afin de compléter le courrier de Serge LETCHIMY : 

Contrairement à ce qu'on peut entendre, les élus et, en particulier les maires, ont une analyse du sujet. Ces réflexions sont prégnantes chez nous de manière constante. J'ai souhaité la partager par rapport à ce qui pourrait potentiellement être fait à la lumière de l'initiative prise par la CTM. Nous avons adressé il n'y a pas très longtemps une proposition qui a fait l'objet d'un avis favorable puisque nous avons reçu une dotation des services de l'État. Mais, il faut trouver des moyens pour nous permettre, d'être véritablement engagés, sur le volet préventif et de la solidarité, aux côtés de l'État et aujourd'hui de la CTM pour avoir des résultats concrets sur le terrain.

Dans la foulée de cette tribune, le Maire du Lorrain a formulé des mesures pour lutter contre les violences dans les communes  :

L'un des premiers éléments est d'avoir une analyse globale du territoire. Le deuxième élément , c'est de se demander quel est le niveau d'intervention le plus pertinent. Vous avez des villes qui ont la possibilité ou qui ont des CLSPD (Contrats Locaux de Sécurité, de Prévention de la Délinquance) qu'il déploie sur le territoire. Mais je pense qu'il y a deux choses. La première, c'est qu'il faut aller regarder si les EPCI, donc les communautés d'agglomération, sont aujourd'hui en capacité de porter des problématiques de sécurité. La deuxième chose est de faire en sorte que les dotations soient fléchées sur les EPCI et permettre que la question de la prévention et de la délinquance soit traitée à l'échelle du territoire. Je reste convaincu que les élus de territoire, conscients des poches de difficultés ou d'insécurité qui existent, seraient plus à même d'organiser la répartition des moyens et d'avoir des résultats plus pertinents.

Concrètement, les municipalités sont les premiers à agir pour la sécurité de la population. Selon Justin PAMPHILE, il est nécessaire de les consulter pour faire remonter les revendications des habitants. Il annonce également que de nouvelles réunions des maires sont prévues avant une nouvelle grille de proposition. Celle-ci devrait être formulée d’ici la fin de l’année.