Une délégation de sénateurs en mission d'information en Martinique

Par 19/10/2021 - 19:55 • Mis à jour le 19/10/2021 - 19:21

Après la visite d'une délégation parlementaire de l'assemblée nationale en septembre dernier, les sénateurs ont conclu aujourd'hui (mardi 19 octobre) leur mission sénatoriale d'information sur la gestion de la crise sanitaire en Martinique, avant de s'envoler ce soir pour la Guadeloupe.

    Une délégation de sénateurs en mission d'information en Martinique
Bernard Jomier, sénateur de Paris, Jean-Michel Arnaud, sénateur des Hautes-Alpes, et Fabien Genet, sénateur de la Saône-et-Loire, sont venus effectuer une mission d'information sénatoriale sur la gestion de la crise sanitaire ©AC / RCI Martinique

La mission sénatoriale d'information prend fin en Martinique. Trois sénateurs se sont en effet déplacé pour l'occasion : Bernard Jomier, sénateur de Paris, Jean-Michel Arnaud, sénateur des Hautes-Alpes, et Fabien Genet, sénateur de la Saône-et-Loire.

Après la délégation parlementaire déjà passée en septembre dernier sur l'île, l'objectif de cette visite sénatoriale était de constater la gestion de la crise et la situation sanitaire sur place. Une visite express de 48 heures, au cours de laquelle ils ont rencontré les acteurs socio-économiques, des grandes entreprises aux TPE, pour rendre compte des difficultés qui leur sont propres. Mais les sénateurs ont aussi rencontré les acteurs de la santé, avec lesquels ils ont pu échanger autour du manque de moyens, humain et matériel. Une difficulté supplémentaire pour ce secteur, en pleine pandémie mondiale.

Les sénateurs rentreront ensuite à Paris où ils rédigeront un rapport pour défendre les intérêts de la Martinique et de la Guadeloupe. Une aide très précieuse pour les Outre-Mer, qui permet une meilleure appréhension du contexte local par ces élus et un plus grand soutien dans l'hémicycle, selon la sénatrice Catherine Conconne :

On a des problématiques extrêmement compliquées à défendre à chaque fois qu'il y a des dispositifs qui arrivent en débat. On n'est pas très bien compris, parce que ce sont des territoires qui ne sont pas bien connus. Il nous arrive parfois d'échouer dans des démarches parce qu'on n'a pas reçu cet accueil ou cet enthousiasme des autres collègues qui ont peut être voté en fonction de connotations politiques mais sans se rendre compte qu'il y a de vrais appels et de vraies exigences politiques dans ces territoires. Donc lorsque des collègues viennent, je leur dis oui, venez voir, entendre. Et on voit tout de suite des retournements de situation

A lire aussi La visite de la délégation parlementaire en Martinique touche à sa fin

Tags