Législatives 2017 : remous autour d'une candidature au MIM

Par • Mis à jour le 20/12/2016 - 16:24

L'annonce samedi (18 décembre 2016) par Alfred Marie-Jeanne, président du Mouvement Indépendantiste Martiniquais, de son soutien à la candidature de Fabrice Dunon sur la circonscription Centre, génère des remous dans le parti des patriotes. Deux courants semblent s'affronter par voie de communiqués de presse. Précisions.

    Législatives 2017 : remous autour d'une candidature au MIM
Que ceux qui ne sont pas d’accord avec moi s’en aillent. Ce week-end, Alfred Marie-Jeanne a souhaité mettre les points sur les i et il s’est adressé directement à ceux que l’on pourrait qualifier de frondeurs.

Il s'agit de sept militants qui ont écrit une tribune qui remettait en cause le choix du Président du MIM pour la circonscription du Centre Atlantique. Celui-ci s'est prononcé en faveur de Fabrice Dunon, un allié récent mais très actif aux côtés du MIM au Lamentin. Une sortie médiatique qui a mis en lumière le fait qu’il existe bel et bien des voix discordantes dans le Parti. Certains diront même des courants différents.
Image retirée.
La réponse de Daniel Marie-Sainte

Mais la réponse du secrétaire national à l’organisation du MIM, Daniel Marie-Sainte ne s’est pas faite attendre. Dans un courrier qu’il a souhaité rendre aussi public que la sortie de ceux qui sont qualifiés de comploteurs, Daniel Marie Sainte les accuse de tentative, pour renverser son président et de vouloir fractionner le parti.
Image retirée.
Nous l’avons joint et il ne nie pas qu’il y a certains désaccord dans la famille indépendantiste mais qui doivent rester cependant en interne précise-t-il, sous peine de fragiliser la cohésion du groupe. Plusieurs Komité patriotes de l’île sont venus à la rescousse d’Alfred Marie Jeanne. Eux aussi ont condamné cette sortie des ex membres du comité national qualifié je cite de "quarteron de généraux en retraite politique sous les ordres de brutusiens habillés en MIM". Mais qui est le Brutus qui veut abattre César… ?

Jean-Philippe Nilor pointé du doigt

Pour certains, pour trouver la réponse il faut se tourner vers le Sud et son député Jean-Philippe Nilor. Ce dernier se défend pourtant de vouloir créer la zizanie au sein du parti, mais il a montré peu d’entrain dans la défense du choix de candidat sur la circonscription du Centre atlantique. Pour le candidat à sa succession, il s'agit d'un "choix personnel d’Alfred Marie Jeanne", de quoi alimenter les rumeurs sur sa fidélité.

En tout cas, sur tous les KP de Martinique, certains notamment dans le sud ne se sont prononcés ni en faveur du choix du président, ni contre lui, peut-être par peur de se retrouver au pilori. Une problématique persiste pour des militants du MIM : la perspective de se retrouver avec un seul député encarté au parti. Une question qui n’a pas l’air d’émouvoir, à prior,i les ténors du parti.

Cédric Catan
Edition : Karl Lorand