Cap Nord, CTM : les ambitions de Bruno Nestor Azérot

Par • Mis à jour le 05/06/2018 - 09:10

Bruno Nestor Azérot ne cache pas ses ambitions. Le maire de Sainte-Marie vise ouvertement la présidence de Cap Nord et entend peser d'une façon ou d'une autre dans la bataille pour la conquête de la CTM. Un discours offensif à deux ans des élections municipales.

    Cap Nord, CTM : les ambitions de Bruno Nestor Azérot

Les élections municipales auront lieu en 2020. Les élections territoriales se tiendront quant à elles en 2021. Mais pour Bruno Nestor Azérot c'est déjà demain. Elu député du Nord il y a tout juste un an, démissionnaire quatre mois plus tard et réélu maire de Sainte-Marie dans la foulé, l'homme fort du nord de la Martinique pense déjà aux prochaines échéances électorales.

Invité lundi soir de Cédric Catan dans Lundi Politique, le premier magistrat samaritain s'est positionné concernant la présidence de la communauté d'agglomération du nord de la Martinique, Cap Nord. "Tout le monde connaît mon amour pour le nord. Tout le monde combien je m'investis pour le nord. Je ne l'ai jamais caché. Il y a un président qui Alfred Monthieux qui est mon ami et qui fait un travail donc on verra demain. C'est un autre jour. Si il ne veut pas se représenter pourquoi pas. Je n'en sais rien mais ce n'est pas l'envie qui me manque", a-t-il déclaré.

L'ex député s'est également exprimé sur la situation actuelle à la Collectivité Territoriale de Martinique et sur ses ambitions. Bruno Nestor Azérot se voit plus comme un animateur d'une campagne contre la majorité actuelle que comme un candidat potentiel. N'hésitant pas à tacler Alfred Marie-Jeanne sur son âge, il a appelé à un renouvellement générationnel aux postes à responsabilité.

"Je suis assez déçu de tout ce qui se passe. Je suis Martiniquais et ce qui se passe concerne mon pays. Je ne suis pas surpris. J'ai eu tort d'avoir raison trop tôt puisque j'avais dit de barrer la route au Gran Sanblé. Ils ont fait un coup politique mais aujourd'hui tout le monde voit le résultat. De toutes les manières, génétiquement, il y a des gens qui ne peuvent plus être aux responsabilités. Le corps humain dit qu'il ne peut plus. Qu'on le veuille ou non, il y a une nouvelle génération d'hommes et de femmes qui prendront la responsabilité martiniquaise. Peut-être que Bruno Nestor Azérot fera parti de ces hommes et de ces femmes mais le débat c'est de savoir comment je pourrai prendre part au débat sans pour autant être acteur de premier plan", a lancé l'homme fort de Saint-Marie.