Datex assigne en justice Servichef et l’espace Sud

Par • Mis à jour le 06/04/2017 - 23:38

Nouveau rebondissement judiciaire entre la communauté de l’espace Sud, Servichef et Datex. Cette dernière assigne en justice les deux premiers pour favoritisme lors d’une convention signée en 2016.

    Datex assigne en justice Servichef et l’espace Sud
La communauté de l’espace Sud, Servichef et son dirigeant Eric Coppet font l’objet d’une citation à comparaitre devant le tribunal correctionnel de Fort-de-France pour favoritisme.

Cette action en justice est menée par la société concurrente, Datex, dans le cadre d’une convention provisoire passée l’année dernière.

Servichef a obtenu en décembre 2016 un contrat de Déléguation de service public de la restauration scolaire.

Un long parcours judiciaire uni c’est trois entités.

En juillet 2016, ce contrat liant la société de restauration à la CAESM a été annulé par le Tribunal administratif de Fort-de-France.
Les deux protagonistes ont fait appel de cette décision.

Une convention provisoire a été conclue en décembre 2016. C’est elle qui fait l’objet d’une citation direct de SERVICHEF et d’Eric Coppet son président.

Cela s’apparente à un énième rendez-vous judiciaire entre les trois protagonistes de la restauration scolaire dans le sud.

Au delà de cette problématique judiciaire, Servichef doit aussi faire face à l’inquiétude de son personnel qui a déposé un droit d’alerte, pour comprendre le déficit de l’entreprise qui affiche un passif de 1.7 millions d’euros.



Selon Eric Coppet, le président de Servichef, cette situation financière résulte notamment de l’acharnement judiciaire de Datex à leur égard.



Eugène Larcher, le président de la communauté d’Agglomération de l’Espace Su Martinique (CAESM) estime « qu’une fois de plus, la société Datex instrumentalise la justice et les médias pour les besoins de sa défense et de sa communication en orchestrant une véritable publicité autour de la citation qu’elle vient de faire délivrer à la Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud Martinique pour des faits prétendus de favoritisme dans le cadre des marché des cantines. (…).

Dans sa campagne de presse, Datex oublie d’ailleurs fort opportunément de préciser que les deux plaintes qu’elle a déjà déposées en février 2014 contre la CAESM pour un prétendu favoritisme, ont été reconnues comme étant injustifiées et donc classées sans suite par le Parquet de Fort-de-France en février 2017. (…).

Elle omet également de faire savoir au public que la plainte pour détournement de fonds publics que la CAESM a déposé à son encontre en 2014 est, quant à elle, actuellement instruite chez un juge d’instruction et a donné lieu à de nombreux actes d’enquête ».

Xavier Chevalier et Cédric Catan