La pension de retraite minimale des agriculteurs bientôt revalorisée

Par 20/10/2021 - 16:56 • Mis à jour le 20/10/2021 - 16:48

Les agriculteurs guettent la date du 1er novembre prochain. Le minimum de pension des retraites dans leur secteur sera revalorisé à cette date.

    La pension de retraite minimale des agriculteurs bientôt revalorisée

Une bouffée d'air

C'est une mesure qui a de quoi augmenter un peu des pensions souvent très maigres. A partir du mois prochain, le seuil sera porté à 85% du SMIC pour une carrière complète, contre 75% jusqu'ici. Le décret paru en juin dernier concerne les responsables d'exploitations agricoles dans l'hexagone mais aussi dans les Outre-Mer.

L'augmentation représente 120 euros supplémentaires par mois, ce qui portera le minimum à 1035 euros.C'est une bonne nouvelle pour les agriculteurs de Martinique et des Outre-Mer qui, après une vie de labeur, touchent parfois péniblement 300 à 400 euros par mois de retraite.

Une situation particulièrement prégnante pour ces territoires, comme l'explique Eric Eugénie, membre du conseil d'administration de la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) : 

Même dans l'hexagone, la retraite moyenne est de 800 euros, ce qui est pratiquement égal au minimum vieillesse. mais en plus en Martinique et dans l'Outre-Mer en général, on a mis en place le système en 1964 alors qu'il était déjà en place dans l'hexagone depuis 1955. Donc nous avions un retard de cotisation. De plus, les exploitants ne cotisaient pas, avaient de faibles revenus. Et les calculs des revenus étaient faits sur les surfaces pondérées, et non pas sur les revenus agricoles des agriculteurs, ce qui fait que les retraites en Martinique et en Outre-Mer étaient extrêmement faibles

Une revalorisation qui offrirait ainsi aux agriculteurs une véritable bouffée d'air, selon le membre du conseil d'administration de la FDSEA :

C'est vraiment une avancée pour les agriculteurs, ça va leur permettre d'enfin se reposer et peut-être transmettre à des jeunes agriculteurs les terres, les exploitations, pour permettre à l'agriculture de continuer de progresser à la Martinique et d'assurer l'autonomie alimentaire

La sénatrice Catherine Conconne avait rencontré les représentants de la FDSEA pour les rassurer notamment sur le mode de calcul des retraites.

D'autres problématiques

Si cette question était importante, la FDSEA se penchera sur d'autres problématiques dans les prochains mois. Car l'attrait des jeunes pour le secteur agricole reste en très minime en Martinique, comme le souligne Eric Eugénie :

Sur ce plan de la retraite, nous sommes à égalité avec le national. Mais maintenant il y a des combats à mener en ce qui concerne par exemple ma mise à disposition des terres pour les agriculteurs, pour les revenus, se battre pour que les produits soient payés à leur juste prix. Et ça a été fait récemment par la CTM et la grande distribution : mettre en place des plans pour permettre aux agriculteurs de vivre décemment de leur production

Tags