Le projet Kanawa SXM récompensé par un prix national

Par • Mis à jour le 12/03/2019 - 11:19

L'association Yon a lot a remporté le 1er prix national des trophées des associations de la Fondation EDF pour son projet « Kanawa SxM » en faveur de la protection du littoral à Saint Martin, ravagé après le passage de l'ouragan Irma.

    Le projet Kanawa SXM récompensé par un prix national

Deux associations guadeloupéennes ont été récompensées lors de la 9 ème édition des trophées des associations de la fondation groupe EDF qui s'est tenue ce lundi.

L'association Yon a lot a remporté le 1er prix national pour son projet « Kanawa SxM » en faveur de la protection du littoral à Saint Martin, ravagé après le passage de l'ouragan Irma. L'association Gwayda a remporté le premier prix régional de ce concours pour son projet « Jardin des toits » basé sur l'aquaponie en milieu urbain dans le quartier de Lauricisque.

« Yon a lot » et « Gwayda » ont officiellement reçu leur trophée ce lundi soir des mains du directeur d'EDF Archipel Guadeloupe Sylvain Vidal au Spot Coworking de Jarry.

 

La protection du littoral face aux risques climatiques 

 

Kanawa SXM est un projet de développement des compétences opérationnelles de gestion des littoraux dans un contexte de changement climatique en milieu insulaire caribéen.

L’idée est née suite au passage de l’ouragan Irma et la nécessité de réhabiliter le littoral saint-martinois qui en a découlé.

Le projet Kanawa permet l’intégration sociale de personnes éloignées de l’emploi et en difficulté sociale en leur proposant une formation et à terme un emploi dans une filière en pleine expansion en outre-mer.

Par ailleurs, il répond à un besoin de surveillance des littoraux particulièrement menacés par le changement climatique global. Il s’agit donc de former des opérateurs compétents aptes à surveiller ces espaces menacés et à organiser des opérations de sensibilisation à destination des populations (scolaires et usagers) pour un meilleur usage de ces sites et une meilleure préparation aux conséquences du changement climatique.

15 ouvriers côtiers devraient ainsi être formés au cours de l’année 2019.