L'INRAE développe un igname cousse couche plus résistant

Par Olivia Losbar • Mis à jour le 06/02/2020 - 09:56
Guadeloupe

Connaissez-vous l’igname cousse-couche ? Ce tubercule a quasiment disparu des étals des marchands de fruits et légumes. En cause, sa trop grande vulnérabilité aux virus. L’INRAE travaille pourtant depuis des années sur cette espèce et les premiers résultats des dernières études sont très prometteurs.

    L'INRAE développe un igname cousse couche plus résistant

D.trifida c’est son nom scientifique mais l'espèce est plus connue sous le nom d’igname cousse couche. Elle a quasiment disparu des parcelles des agriculteurs locaux. En effet, cette variété d’ignames est très sensible aux maladies virales.

Le centre de ressources biologiques des plantes tropicales héberge pourtant une collection de 450 variétés d’igname à l’unité de recherche des agrosystèmes tropicaux de l’INRAE. Cette collection comprend ainsi 200 variétés de cousse couche. Une collection conservée précieusement, in vitro pour la plupart pour éviter le risque de propager des maladies virales.

Néanmoins, grâce à des outils très fiables de détection des différents virus infectant l'igname, 11 lots de semence ont été déclarés sains de tout virus. 11 autres ont été assainies par thermotérapie et culture de méristème. Un essai d’évaluation sous serre a été mené et les résultats sont très prometteurs. Il s’agira désormais pour les chercheurs de déterminer la résistance des tubercules et l’intérêt pour les producteurs locaux.

Ce jeudi matin, les chercheurs vont présenter une animation autour de l’igname cousse-couche au Domaine de Duclos à Petit-Bourg.

Tags